Dark HunTOR : gros coup de filet mondial sur le Dark Web

Le par Jérôme G.  |  4 commentaire(s)
europol

À la suite du démantèlement de DarkMarket, une opération DarkMarket des forces de l'ordre aboutit à un vaste coup de filet contre des vendeurs et acheteurs de produits illicites sur le Dark Web.

Dans le cadre d'une opération baptisée Dark HunTOR et menée par les forces de l'ordre de plusieurs pays*, 150 personnes ont été arrêtées aux États-Unis (65), Allemagne (47), Royaume-Uni (24), Italie (4), Pays-Bas (4), France (3), Suisse (2) et Bulgarie (1). Elles sont suspectées de commerce illégal sur le Dark Web.

Lors de cette opération sur dix mois et trois continents, plus de 26,7 millions d'euros en numéraire ont été saisis, 234 kg de drogues (dont 152 kg d'amphétamine, 27 kg d'opioïdes, 25 000 pilules d'ecstasy) et 45 armes à feu.

europol-dark-huntor

En amont, les autorités italiennes ont également fermé les places de marché illégales dénommées DeepSea et Berlusconi sur le Dark Web, avec l'arrestation d'administrateurs et la saisie de 3,6 millions d'euros en cryptomonnaies.

Après le démantèlement de DarkMarket

Europol souligne que des enquêtes sont toujours en cours pour identifier d'autres personnes derrière des comptes sur le Dark Web. L'opération Dark HunTOR fait suite au démantèlement en début d'année de DarkMarket qui avait été présenté comme la plus importante place de marché illégale au monde sur le Dark Web.

Les autorités allemandes avaient arrêté l'opérateur présumé de DarkMarket (un ressortissant australien), tandis qu'une vingtaine de serveurs en Moldavie et en Ukraine avaient été saisis. De quoi fournir des preuves aux enquêteurs.

La plateforme DarkMarket avait été mise au jour lors d'une enquête de grande ampleur sur le service d'hébergement web anonyme CyberBunker - fermé en 2019 - qui était basé dans un ancien bunker de l'OTAN dans le sud-ouest de l'Allemagne.

" L'objectif d'opérations telles que celle-ci est de mettre en garde les criminels opérant sur le Dark Web. Les forces de l'ordre disposent des moyens et des partenariats internationaux pour les démasquer et les tenir pour responsables de leurs activités illégales, même dans des zones du Dark Web ", déclare Jean-Philippe Lecouffe d'Europol.

* Allemagne, Australie, Bulgarie, États-Unis, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse sous l'égide d'Europol et Eurojust.

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
skynet away Absent VIP icone 88793 points
Le #2147444
On sait combien de serveurs Tor sont "corrompus" aujourd'hui ? on a une estimation ?
iFlo59 online Connecté VIP icone 32227 points
Le #2147451
skynet a écrit :

On sait combien de serveurs Tor sont "corrompus" aujourd'hui ? on a une estimation ?


Ce n'est pas comme si Tor c'était safe et remplis de gens sain
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17590 points
Le #2147454
iFlo59 a écrit :

skynet a écrit :

On sait combien de serveurs Tor sont "corrompus" aujourd'hui ? on a une estimation ?


Ce n'est pas comme si Tor c'était safe et remplis de gens sain


TOR est utilisé pour de nombreuses choses, pour des choses illégales certes, mais aussi par divers lanceurs d'alertes, ONG, journalistes, et opposants dans des régimes dictatoriaux.

TOR est relativement safe, mais doit être utilisé en connaissance de cause et avec un minimum de connaissances (par exemple, donner des informations permettant d'être identifié, même via TOR, casse tout anonymat. Utiliser de l'UDP aussi...).
De la même manière, les sites cachés sur TOR peuvent avoir des vulnérabilités qui peuvent compromettre leur anonymat.

Cela étant dit, il reste faillible a certains types d'attaques (comme tout).

Cependant, attention à certaines allégations qui ont indiqué que le réseau TOR était compromis alors que ce n'était pas le cas: les utilisateurs concernés avaient simplement commis des erreurs concernant le maintien de leur anonymat.

A savoir que des technologies qui pourraient succéder à TOR existent (encore plus sécurisée et plus rapides): HORNET, Riffle...
skynet away Absent VIP icone 88793 points
Le #2147459
LinuxUser a écrit :

iFlo59 a écrit :

skynet a écrit :

On sait combien de serveurs Tor sont "corrompus" aujourd'hui ? on a une estimation ?


Ce n'est pas comme si Tor c'était safe et remplis de gens sain


TOR est utilisé pour de nombreuses choses, pour des choses illégales certes, mais aussi par divers lanceurs d'alertes, ONG, journalistes, et opposants dans des régimes dictatoriaux.

TOR est relativement safe, mais doit être utilisé en connaissance de cause et avec un minimum de connaissances (par exemple, donner des informations permettant d'être identifié, même via TOR, casse tout anonymat. Utiliser de l'UDP aussi...).
De la même manière, les sites cachés sur TOR peuvent avoir des vulnérabilités qui peuvent compromettre leur anonymat.

Cela étant dit, il reste faillible a certains types d'attaques (comme tout).

Cependant, attention à certaines allégations qui ont indiqué que le réseau TOR était compromis alors que ce n'était pas le cas: les utilisateurs concernés avaient simplement commis des erreurs concernant le maintien de leur anonymat.

A savoir que des technologies qui pourraient succéder à TOR existent (encore plus sécurisée et plus rapides): HORNET, Riffle...


Merci c'est top

https://fr.wikipedia.org/wiki/Riffle_(r%C3%A9seau)

https://netsec.ethz.ch/research/anonymity.php
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire