Le tir russe d'un missile antisatellite à l'origine de débris spatiaux orbitaux dangereux

Le par Jérôme G.  |  18 commentaire(s)
iss

Un gros nuage de débris spatiaux dangereux a pour origine la destruction d'un satellite par la Russie dans le cadre du test d'un missile. Un acte fermement condamné par les États-Unis.

" La Russie a imprudemment conduit un test destructeur d'un missile antisatellite à ascension directe contre l'un de ses propres satellites. " D'après le département d'État américain, ce test est à l'origine de plus de 1 500 débris orbitaux traçables et devrait générer des centaines de milliers de débris spatiaux plus petits.

La diplomatie américaine condamne fermement un acte qualifié de dangereux et irresponsable, avec des débris qui vont durablement menacer des satellites, en plus d'augmenter considérablement le risque pour les occupants de la Station spatiale internationale (ISS). Certains débris pourraient rester en orbite pendant dix ans.

C'est le satellite inactif Kosmos 1408 (ou Tselina-D) de près de 2 tonnes lancé en 1982 pour du renseignement électromagnétique qui aurait été détruit par le missile russe. En raison des débris générés et par mesure de sécurité, les sept occupants actuels de l'ISS se sont réfugiés hier dans les capsules Dragon et Soyouz amarrées afin de pouvoir quitter la station en cas d'urgence.

iss

L'agence spatiale russe Roscosmos a été plus " sobre " que la Nasa dans sa communication, en indiquant seulement que " l'orbite de l'objet ayant obligé l'équipage à se déplacer dans le vaisseau selon les procédures standard s'est éloignée de l'orbite de l'ISS. "

Administrateur de la Nasa, Bill Nelson partage l'indignation du département d'État américain et souligne également une menace pour les taïkonautes à bord de la station spatiale chinoise en cours de construction.

Un acte rare avec toutefois des précédents récents

" Les événements du 15 novembre 2021 montrent clairement que la Russie, bien qu'elle prétende s'opposer à la militarisation de l'espace, est prête à mettre en péril la durabilité à long terme de l'espace et à compromettre l'exploration et l'utilisation de l'espace par toutes les nations par son comportement imprudent et irresponsable. " Les États-Unis laissent entendre une réponse avec l'appui de ses alliés et partenaires.

En mars 2019, c'est le test indien d'un missile antisatellite qui avait généré des débris spatiaux. En janvier 2007, c'était un test chinois avec la destruction d'un satellite météorologique et qui a encore été tout récemment la cause d'une manœuvre d'évitement de l'ISS.

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Trier par : date / pertinence
kerlutinoec offline Hors ligne VIP icone 15021 points
Le #2149201
Encore les russes !
Ils veulent vraiment la saboter l'ISS !
Kimyh offline Hors ligne Vénéré avatar 3633 points
Le #2149209
Ca va devenir un sacré bordel l espace proche avec les reactions en chaine. C est quand meme dingue d avoir a des postes clés des gens aussi irresponsables.
skynet offline Hors ligne VIP icone 88778 points
Le #2149214
Ca commence à chauffer avec la géopolitique là
Ce missile, les militaires russes à la frontière de l'Ukraine, l'attaque migratoire ...
ondeisback offline Hors ligne Vétéran avatar 1536 points
Le #2149216
Si ça pouvait mettre un terme à la pollution du ciel Starlink...
kerlutinoec offline Hors ligne VIP icone 15021 points
Le #2149217
skynet a écrit :

Ca commence à chauffer avec la géopolitique là
Ce missile, les militaires russes à la frontière de l'Ukraine, l'attaque migratoire ...


https://img-9gag-fun.9cache.com/photo/aVPpjN8_700bwp.webp
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17590 points
Le #2149218
ondeisback a écrit :

Si ça pouvait mettre un terme à la pollution du ciel Starlink...


Le problème, c'est que si ca mettait fin a Starlink, ça mettrait fin a a peu près la totalité des satellites en LEO.
Donc nous n'aurions plus de satellites, Communication, TV, GPS/Gallileo, météo, surveillance etc etc... sans possibilité d'en renvoyer, l'accès à l'espace pourrait théoriquement être impossible... et bien sur, les débris continueraient de générer de la pollution lumineuse...
mickeymouse3d offline Hors ligne Vénéré icone 3297 points
Le #2149229
LinuxUser a écrit :

ondeisback a écrit :

Si ça pouvait mettre un terme à la pollution du ciel Starlink...


Le problème, c'est que si ca mettait fin a Starlink, ça mettrait fin a a peu près la totalité des satellites en LEO.
Donc nous n'aurions plus de satellites, Communication, TV, GPS/Gallileo, météo, surveillance etc etc... sans possibilité d'en renvoyer, l'accès à l'espace pourrait théoriquement être impossible... et bien sur, les débris continueraient de générer de la pollution lumineuse...


Heu les GPS sont à 20 000 kms d'altitude et la TV et autre sont à 36 000 kms (geostationnaire)

Starlink entre 400/550 kms comme l'ISS donc rien à voir

Dans l'absolu tout tourne à environ la même vitesse + ou - et une fusée qui arrive à 200/300 kms d'altitude à + ou - déjà atteint cette vitesse et donc rentre dans le manège

Tout ca pour dire que dans l'absolu le risque de collisions est faible

Il est réel mais faible

1 km d'altitude de différence pour des sat qui font quoi 20 m de haut max y a de la marge

Heu je défend pas la Russie mais les USA ,Chine, Inde ont déjà fait des essais similaire ...

Par contre la pollution lumineuse
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17590 points
Le #2149234
mickeymouse3d a écrit :

LinuxUser a écrit :

ondeisback a écrit :

Si ça pouvait mettre un terme à la pollution du ciel Starlink...


Le problème, c'est que si ca mettait fin a Starlink, ça mettrait fin a a peu près la totalité des satellites en LEO.
Donc nous n'aurions plus de satellites, Communication, TV, GPS/Gallileo, météo, surveillance etc etc... sans possibilité d'en renvoyer, l'accès à l'espace pourrait théoriquement être impossible... et bien sur, les débris continueraient de générer de la pollution lumineuse...


Heu les GPS sont à 20 000 kms d'altitude et la TV et autre sont à 36 000 kms (geostationnaire)

Starlink entre 400/550 kms comme l'ISS donc rien à voir

Dans l'absolu tout tourne à environ la même vitesse + ou - et une fusée qui arrive à 200/300 kms d'altitude à + ou - déjà atteint cette vitesse et donc rentre dans le manège

Tout ca pour dire que dans l'absolu le risque de collisions est faible

Il est réel mais faible

1 km d'altitude de différence pour des sat qui font quoi 20 m de haut max y a de la marge

Heu je défend pas la Russie mais les USA ,Chine, Inde ont déjà fait des essais similaire ...

Par contre la pollution lumineuse


Donc:
* si tu n'as plus accès à la LEO, tu ne peux plus envoyer de satellites plus haut. Donc plus d'accès aux autres orbites, tu te retrouves avec des satellites vieillissants que tu ne pourras pas remplacer.
* tout ne tourne pas à la même vitesse, cela dépend de l'altitude, mais à une altitude donnée, oui (a peu près). Sauf que:
--- les trajectoire sont différentes ! Non, ce n'est pas un manège, tout ne tourne pas dans le même sens...
--- les débris eux, n'ont pas une orbite parfaite, elle peut être en plus fortement elliptique

En gros, tu dis que sur une autoroute, il pourrait n'y avoir qu'une seule voie pour les deux sens, et ça ne poserai pas de problème parce que tout le monde est a 130...

Désolé, mais ta visualisation de ce qu'il se passe en orbite est mauvaise.

Le risque est faible, oui, mais il augmente proportionnellement avec le nombre de débris, c'est justement ce pourquoi tout le monde s'indigne.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Kessler
mickeymouse3d offline Hors ligne Vénéré icone 3297 points
Le #2149243
Oui tous le monde est a environ 28 000 km/h (+et-) et pas sur la même voie (altitude)

Des sat en orbite retrograde doit pas y avoir beaucoup
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17590 points
Le #2149250
mickeymouse3d a écrit :

Oui tous le monde est a environ 28 000 km/h (+et-) et pas sur la même voie (altitude)

Des sat en orbite retrograde doit pas y avoir beaucoup


Alors, la base de la mécanique spatiale, pour maintenir une orbite :
- plus tu es sur une orbite basse, plus tu vas vite.
- plus tu est sur une orbite haute, moins tu vas vite.

A une certaine orbite, la vitesse angulaire d'un satellite est la même que celle de la rotation terrestre, c'est l'orbite géostationnaire. Elle se situe a 36000 km non pas par choix, mais parce la physique le veux ainsi.
Tout ce qui est en dessous de 36000km tourne plus vite que la rotation terrestre, et tout ce qui au dessus va moins vite (sous peine de quitter l'orbite au delà d'un certain point).
On peut dire que pour que deux satellites en orbite stable non elliptique aient la même vitesse, il faut obligatoirement qu'ils soient à la même altitude (et inversement).

On est en effet à ~28000km/h en LEO, mais la vitesse est moindre sur les orbites plus hautes. Sur la GEO, c'est par exemple un peu plus de 3000km/h.
Si on accélérait un satellite à 28000km/h alors qu'il est en GEO, il quitterait la sphère d'influence de la terre et se retrouverait en orbite Héliocentrique.

Les bases étant posées, qu'en est il de la LEO spécifiquement ?
Tous les satellites tournent en effet à ~28000km/h, MAIS il sont sur des trajectoires différentes, cela signifie
- que l'inclinaison de leur orbite (angle entre l'orbite et l'équateur terrestre) est différente.
- que même avec la même inclinaison, ils peuvent se croiser si ils ne sont pas sur le même plan orbital
- qu'il existe bel et bien des satellites en orbite rétrograde

Même en excluant les satellites en orbite rétrograde (en ne prenant que les satellites en orbite directe donc), ils peuvent donc ne pas être tout tout sur la même trajectoire.
Par exemple, 2 satellites ayant tous deux une inclinaison de 45° mais sur des plans orbitaux différents peuvent se croiser... avec un angle de 90° (selon l'écart entre les plans orbitaux)...

Donc, encore une fois, non, ce n'est pas un manège qui serait une représentation naïve de la mécanique orbitale (j'ai essayé d'éviter ce terme la première fois).

Allez un exemple parce que je sens que ça a du mal a rentrer...

Starlink: tous en LEO, à la même altitude, et tous à 53° d'inclinaison (donc aucun rétrograde), mais répartis sur 24 plans orbitaux.
https://c.tenor.com/Mo-G-nCewCwAAAAd/planet-elon-musk.gif

Ils se croisent bel et bien...

Voila, donc c'est déjà un beau bordel, et ça c'est sans prendre en compte les débris qui n'ont pas des orbites circularisées, elles peuvent être elliptiques du aux accélérations/décélérations subies lors de(s) l'impact(s)..
Et bien sur, chaque débris suite à une collision à sa propre orbite (ils n'ont pas exactement la même trajectoire, ni la même vitesse), du coup, le nuage de débris va mécaniquement se répandre, d’où l'importance de devoir suivre chaque débris (ce que l'on fait pour ceux que l'on peut suivre).
cf collision de 2 satellites au dessus de la Sibérie en 2009: https://i.imgur.com/zvoFygu.gif
On voit bien que les débris plus haut vont moins vite, et qu'en l'espace de 3 heures, les nuages couvrent déjà la moitié de leur orbite.

Pour finir de se mettre des nœud au cerveau:
Si tu es en combinaison spatiale a 10km de l'ISS (sur la même orbite qu'elle mais en avance) et que tu as un moyen de propulsion, si tu vas vers l'ISS, tu ne la rejoindras jamais (et tu vas mourir), ce qu'il faut faire, c'est accélérer (donc tourner le dos à l'ISS et allumer ta propulsion, comme si tu voulais t'en éloigner). En accélérant, tu vas monter ton orbite et c'est L'ISS qui va aller plus vite et te rattraper...
De la même manière, si cette fois ci tu est derrière l'ISS (par rapport à l'orbite), il faut freiner, donc encore une fois lui tourner le dos et allumer la propulsion. En freinant, tu vas descendre ton orbite et donc aller plus vite que l'ISS que tu vas rattraper.
En gros, en orbite, pour aller plus vite, il faut "freiner", et pour aller moins vite, il faut accélérer
https://youtu.be/i5XPFjqPLik?t=495
Encore une fois, on est trèèès loin du manège...
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire