Dossier Stantum : du vrai multitouch dans les mobiles

Le par Christian D.  |  1 commentaire(s)
mini dossier Stantum

Stantum, jeune société française initialement connue sous le nom JazzMutant, dispose d'une technologie d'écran tactile multitouch déjà bien rodée dans le milieu musical. Alors que les écrans tactiles sont devenus un enjeu majeur pour la téléphonie mobile, elle se prépare justement à y être présente avec de solides arguments.

Présentation de Stantum

Stantum logoLe nom de Stantum ne parle peut-être pas encore beaucoup mais celui de JazzMutant est déjà plus évocateur puisque ses tables programmables multitouch font ou ont fait partie de l'arsenal scénique de plusieurs artistes internationaux comme Björk, Daft Punk ou Justice.

A l'origine de ces produits, il y a une technologie d'écran tactile multitouch, déployée bien avant qu'elle n'arrive sur le devant de la scène avec l'iPhone d' Apple.  Ses fondateurs, Guillaume Largillier et Pascal Joguet, ont en effet créé leur société en 2002 et breveté leurs idées avant de lancer en 2005 leur premier produit multitouch, la table Lemur, petite révolution dans le monde musical par les nouvelles possibilités qu'elle offre.


2007, changement de cap
JazzMutant Lemur MultitouchEn 2007, l'exposition provoquée par l' iPhone d' Apple et la mise en avant de la technologie mutitouch dans les appareils mobiles révèlent de nouvelles opportunités.

Et si les fournisseurs de solutions d'écrans tactiles monopoint sont légions, pour ce qui est du multitouch, le créneau est très peu occupé.

JazzMutant se réorganise en une branche OEM pour répondre à la demande grâce à des brevets antérieurs à ceux d' Apple. La société change de nom et devient Stantum, tout en conservant le nom JazzMutant pour sa gamme de produits dédiés à la musique.

Peu de concurrents sur le multitouch
Dans cette nouvelle branche, elle propose sa technologie multitouch aux fabricants et assembleurs afin de l'intégrer dans leurs produits ou ceux de leurs clients. C'est donc essentiellement une activité de partenariat avec les fabricants, peu visible pour l'utilisateur final mais qui promet pourtant du vrai multitouch et des usages mobiles renouvelés.

Et comme Apple souhaite conserver le contrôle sur sa propre technologie et l'exploiter uniquement dans ses produits, cela laisse d'autant plus le champ libre à Stantum pour se poser en fournisseur de technologie d'écran tactile.

Pour alimenter sa croissance, la société a d'ailleurs levé 13 millions d'euros au début du mois de mars qui, selon les propos d'Etienne Paillard, son CEO, " serviront à développer les ventes internationales et l'organisation marketing aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, à renforcer la R&D sur les technologies tactiles de nouvelle génération ainsi que les nouveaux produits, mais également à augmenter les capacités de production en mettant en place une structure de fabrication plus performante en association avec des partenaires. "



Les technologies d'écran tactile

Les écrans tactiles sont présents dans les PDA depuis l'origine à la fin des années 90. Plusieurs technologies coexistent mais les choix se sont  portés essentiellement sur des affichages résistifs à point de contact unique pour des raisons économiques.

La technologie d'écran tactile résistive a l'avantage de fonctionner avec tout type de point de contact : doigt, stylet ou tout objet suffisamment contondant capable de créer un point de pression. Si elle est peu onéreuse, ses différentes couches aborbent une partie non négligeable de la lumière émise par le rétroéclairage.


Ecran capacitif : performant mais cher
iPhone 3G logo proLes écrans capacitifs laissent en revanche mieux passer la lumière, ce qui se traduit par une luminosité plus importante et des couleurs plus vives. En revanche, leur fonctionnement différent de détection du point de contact ne permet de les utiliser qu'avec la pulpe du doigt, ce qui se peut se révéler une contrainte. D'autre part, ils sont plus onéreux que les écrans résistifs, mais aussi plus gourmands en énergie.

Si l'industrie mobile s'est principalement tournée vers les écrans résistifs jusqu'à présent, Apple a relancé l'intérêt des affichages capacitifs avec son terminal mobile iPhone, dont la qualité de l'affichage est l'un des arguments de séduction.

Mais ce seul argument n'aurait pas suffi au succès du téléphone portable. Apple a donc enregistré une série de brevets ajoutant à cette qualité la possibilité du multitouch. Celle-ci a constitué une petite révolution en montrant les possibilités d'interaction et de gestion de manipulations complexes depuis un tout petit écran.


Ecran résistif et multitouch : le couple idéal ?
Stantum multi-touchDe la gestuelle tactile pour accéder aux fonctionnalités du terminal aux jeux mobiles permettant d'imaginer de nouvelles façons d'appréhender le côté ludique des téléphones, le multitouch a beaucoup fait parler de lui et d'autres fabricants devraient sous peu le proposer, de LG Electronics à Palm, en prenant bien soin de contourner les brevets de chacun.

Le couple écran capacitif / multipoint a donc réussi à modifier durablement la perception sur les interfaces tactiles qui, juste avant l'arrivée de l'iPhone, avaient tendance à faire du surplace, au point que les terminaux à clavier ont retrouvé de l'intérêt aux yeux du public.

Mais même si Apple a réussi un joli coup technologique ( et le protège jalousement ), sa méthode n'autorise que du multitouch à deux doigts. Pourtant, il est tout à fait possible de gérer encore plus de points de contact distincts.

C'est notamment ce que promet la technologie d'écran tactile de Stantum, en misant cette fois sur le couple écran résistif / multitouch, permettant de proposer une solution abordable, peu gourmande en énergie et fonctionnant avec tout type de point de contact.



L'offre tactile de Stantum

Stantum a donc choisi la voie de l' OEM pour diffuser sa technologie : proposer son système d'écran tactile aux fabricants pour qu'ils l'adaptent sur leur système. Celui-ci repose sur une combinaison d'affichage résistif et de multitouch capable de gérer autant de contacts simultanés que nécessaire.

Le fait qu'il soit résistif lui permet de fonctionner indifféremment avec le doigt, ( même avec un gant ),  l'ongle ou le stylet. Le choix de ce type d'écran permet également de proposer une solution bon marché par rapport aux écrans capacitifs, tout en consommant moins d'énergie. La société a également mis au point des solutions brevetées pour optimiser les qualités optiques et se rapprocher de ce que proposent les écrans capacitifs.

SMK Stantum multitouchSi Stantum a commencé par proposer des kits de développement ( baptisés SMK ) pour écrans 15,4", qui pourraient équiper des ordinateurs portables, elle a rapidement étoffé son offre pour de  petits écrans : 2,8", 3,5" et 4,3", lui permettant de répondre à la demande sur de nombreux gadgets : téléphones portables, baladeurs numériques, appareils photo numériques ou PND ( Personal Navigation Devices ).

Les opportunités sont donc très importantes et le coût d'un dispositif multipoint, qui n'est pas beaucoup plus élevé que celui du monopoint, devrait se réduire dans les années à venir , lorsqe la technologie sera plus répandue.


Précision, stabilité et détection de la pression d'appui

Lors du salon Mobile World Congress ( MWC ) de Barcelone, Stantum a d'ailleurs fait la démonstration de sa technologie d'écran tactile 4,3" en association avec une plate-forme Texas Instruments OMAP35x. Outre les avantages généraux mentionnés plus haut, le procédé de Stantum permet une détection du point de contact extrêmement précise et stable, là où les écrans capacitifs créent plutôt une zone de diffusion fluctuante.

Cela présente des avantages pour interagir avec des objets graphiques de petite dimension  présents à l'écran et pour distinguer deux points de contacts simultanés mais faiblement séparés. La détection est assurée par une plate-forme PMatrix spécialement développée à cette intention.

MWC Stantum 02 MWC Stantum 03
Précision et stabilité de la détection des points de contact

Et en plus de la finesse de détection, les modèles de démonstration présents au salon MWC étaient également capable de gérer la pression au point de contact. ( trois niveaux de pression distingués ) Là encore, on peut imaginer les applications possibles, comme des interactions différentes selon la pression exercée pour des applications ludiques,  des appareils photo numériques ou encore pour sélectionner un objet et le déplacer ailleurs sur l'écran.

La technologie est désormais rodée et les différents kits sont déjà exploités par plusieurs fabricants. Si les clients de Stantum ne sont pas encore officiellement connus, les premiers appareils exploitant cette technologie devraient faire leur apparition avant la fin de l'année, et plus généralement en 2010.

Apple et son iPhone ayant balisé le terrain et largement contribué à faire connaître et apprécier les affichages tactiles multitouch, le timing est parfait pour Stantum et son offre arrive à point nommé pour toute société désireuse de proposer rapidement cette fonctionnalité.



Les possibilités offertes

Les écrans tactiles multitouch commencent lentement mais sûrement à occuper le terrain des produits grand public. L' iPhone et l' iPod Touch restent bien sûr les produits les plus visibles mais on commence à voir des ordinateurs portables dotés de ce type d'interface (et le multitouch est déjà présent sur les touchpads de plusieurs machines ).

Avec la technologie multitouch de Stantum, et sa gestion de multiples points de contact simultanés, il est possible d'affiner les usages et de rendre les appareils mobiles encore plus attractifs. On pense bien sûr au côté ludique, puisque c'est l'un des points forts des produits mobiles d' Apple, qui combinent écran tactile et accéléromètre pour renouveler avec succès l'intérêt pour les jeux mobiles.

MWC Stantum 01 MWC Stantum 04
Aspect ludique du multitouch (gauche) ; saisie depuis un clavier virtuel (droite)

Stantum fait d'ailleurs régulièrement la démonstration d'un exemple de petit logiciel de divertissement dans lequel il faut séparer des bestioles de couleur différente de chaque côté de l'écran. On peut ainsi utiliser 4 à 5 doigts en même temps avec une grande précision.

Mais la saisie est également un sujet intéressant pour le multitouch. Les claviers virtuels actuels, sur des écrans monopoint, ne permettent de taper qu'une lettre à la fois alors qu'un clavier virtuel multitouch s'affranchit de cette contrainte.


TouchPark, des fonctionnalités prêtes à l'emploi
Vision Objects logoD'autre part, la reconnaissance d'écriture peut aussi tirer parti du multitouch. Stantum s'est d'ailleurs associée à la société nantaise Vision Objects pour développer une telle solution utilisable pour la conception de PDAPhones ou autres gadgets électroniques.

Elle repose sur la plate-forme de reconnaissance d'écriture MyScript de Vision Objects qui, adaptée à la technologie multitouch de Stantum, permet de composer des messages au stylet ou au doigt, en dessinant par exemple la lettre sur l'écran.

Ce ne sont que quelques exemples possibles parmi bien d'autres. Et pour éviter aux développeurs d'avoir à réinventer la roue, un environnement de développement, TouchPark, peut être leur être fourni. Il fonctionne avec les principaux systèmes d'exploitation pour smartphones ( Symbian, Windows Mobile, Android... ) et différentes plates-formes matérielles ( Zoom OMAP de Texas Instruments, i.MX de Freescale, NomadiK de ST-Ericsson... ).

TouchPark est une couche logicielle de bas niveau comprenant plusieurs modules logiciels prêts à être exploités, comme la reconnaissance gestuelle ( zoom par pincement, rotation, fermeture, pivotement ), la gestion d'un curseur selon le contexte ou un moteur de rendu physique.

Avec les kits de développement SMK et l'environnement TouchPark, Stantum peut donc fournir une solution complète aux fabricants et développeurs désireux d'exploiter des fonctionnalités multitouch dans de futurs appareils mobiles. En attendant la concrétisation d'ici quelques trimestres...



  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Dossier : présentation de Mac OS X Snow Leopard (2/2)
    Nous poursuivons ce tour d'horizon de MAC OS X Snow Leopard en abordant cette fois les parties en rapport avec, la configuration réseau et les fonctionnalités de sécurité (coupe-feu, contrôle parental, antivirus, partage réseau...) ...
  • Dossier : présentation de Mac OS X Snow Leopard (1/2)
    Voici un dossier dont l'objectif est sans prétention de faire découvrir aux utilisateurs de Windows, le système d'exploitation MAC OS X. Dans cette première partie, nous effectuons un tour d'horizon du Bureau, du Finder équivalent au ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
skarel offline Hors ligne Héroïque avatar 884 points
Le #438851
Pourquoi dites-vous que l'écran de l'iPhone n'est pas multi-touch mais seulement dual-touch ???!

Il faudrait arrêter avec les légendes urbaines hein...

De simples applis gratuites comme les pianos permettent de voir facilement et en un instant que l'écran de l'iPhone gère un nombre de points illimités (ou sinon je suis un magicien, vu que j'arrive à faire des accords à 4 notes...).

iBurn, une jolie application de simulation de flammes utilise également le multi-points pour permettre de dessiner avec plusieurs doigt en même temps. 5 doigts permettant d'effacer le dessin.

Bref, ce n'est pas parce qu'Apple n'a pas encore inclus de gestures à plus de 2 doigts pour contrôler l'OS que ça implique que l'iPhone ne gère pas plus de 2 doigts.

Et ce n'est surement pas le capacitif qui pourrait l'empêcher d'une quelconque manière...
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire