1ere grande étude sociologique sur les usages des sonneries musicales

Le
Romain GUILLOT
Bonjour

Je suis musicien et chercheur en sociologie.

Je réalise actuellement une enquête sociologique sur les usages des
sonneries musicales pour le compte du laboratoire de sciences humaines ENST
/ EGSH de l'école de communication Télécom Paris.

J'ai conçu un questionnaire en ligne que vous pouvez consulter à cette
adresse : http://www.ringtone-survey.com.

Il s'inscrit dans une démarche scientifique (ce n'est pas une étude
marketing) et vise tous les utilisateurs de sonneries, accros ou modérés,
qu'il payent ou s'approvisionnent gratuitement. Il concerne également les
personnes qui n'utilisent pas les sonneries mais ont une opinion
"consistante" à ce sujet (par ex. "allergie" aux sonneries)

Ce questionnaire demande un peu de temps mais peut nous apporter beaucoup
dans la compréhension des pratiques.

Votre participation est donc bienvenue !

Vous trouverez plus d'infos sur les enjeux de l'étude sur le site.

A bientôt.
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
C Antoine
Le #1233823

Je suis musicien et chercheur en sociologie.

Je réalise actuellement une enquête sociologique sur les usages des
sonneries musicales pour le compte du laboratoire de sciences humaines ENST
/ EGSH de l'école de communication Télécom Paris.


Faudrait peut-être commencer par ne pas se tromper de newsgroup,
celui-ci est réservé aux petites annonces...

--
Christophe

Couverture GSM Oléron 2003
http://chantoine3.free.fr

Osborn
Le #1233816
Il s'inscrit dans une démarche scientifique (ce n'est pas une étude
marketing)

Ce questionnaire demande un peu de temps mais peut nous apporter beaucoup
dans la compréhension des pratiques.
Et à quoi sert la compréhension de telles pratiques sinon à aider le

marketing ?
De la grande sociologie à l'américaine, qui n'a plus que de sociologie que
le nom (un peu de statistique, de marketing, d'économie).
M'enfin, vu le nombre de sociologue que l'on forme chaque année, mieux vaut
encore qu'ils étudient ce genre de sujet plutôt que d'être au chômage.

Poster une réponse
Anonyme