Avis d'un créateur - éducateur, membre de la SACEM sur le piratage Internet

Le
LaDoRéCréation
Bonjour tous,

Je suis prof de musique dans un collge et avec la chorale du
collge, nous crons de toute pice des chansons que nous mettons
sur CD vendre

Par manque de moyens, nous avons t obligs de faire une
"souscription" pour payer la fabrication du CD, donc les gens
"commandaient" le CD, 15 pour le 1er CD en 2003 et 10 pour le 2nd
cette anne.
En 2003, nous avons eu 120 souscriptions (pour un collge de 400
lves c'tait pas mal) et nous avons pu dgager quelques petits
bnfices, et ce, sans faire de concert "promotionnel"
Cette anne, aprs un travail sur les nouvelles chansons bien plus
important et un niveau donc bien suprieur, un concert "promotionnel"
la fte de collge plus 2 prestations la fte de la musique
qui ont valu 3 articles dans le journal rgionnal, il n'y a eu que 85
souscriptions
Nous ne pourrons pas dgager de bnfice et ceux de 2003 seront
utiliss pour palier le manque

Pourtant, contrairement 2003, cette anne, il y a un titre porteur,
un single comme on dit, qui est devenu le "tube" local et qu'on me
demandait d'couter chaque heure de cours

Seulement, j'ai fait la remarque aux nombreux lves me rclamant
cette chanson, qu'ils se contentaient de la consommer mais que, sauf
erreur de ma part, je ne voyais pas leur souscription.
Ils ont vcu en direct mon travail avec les lves, ils savent
quel point c'est fastidieux, long, usant pour les nerfs, mais donner
10 pour soutenir cette action cratrices et crative, a ne leur
vient mme pas l'esprit, puisque dans leur tte, apparemment, la
musique tombe du ciel ou mieux, est fabrique automatiquement par les
ordinateurs, sans effort
Ils ont du plaisir la consommer, mais gratuitement, la radio, ou
tlcharge sur internet
J'ai eu de grands dbats avec eux o on est arriv la conclusion
qu'il y a apparemment une mauvaise pdagogie des maisons de disques
Celles-ci "pleurent" qu'on les vole, qu'elles n'ont plus d'argent, mais
en mme temps nous montrent des Grgory ou autres qui vont raliser
en partie ou compltement leur album Los Angeles dans les plus
grands studios avec les plus grands musiciens du monde
On nous montre aussi des stars richissimes qui se payent des choses
insenses comme Cline Dion et son "Re"-mariage en Clopatre etc.
Donc, dans la tte de toute personne sense, le piratage sur Internet
n'a pas grande consquence, puisque tout semble continuer aller
pour le mieux pour les stars
Pourtant, je me suis pench sur l'album de Grgory Lemarchal et 4
chansons sur 12 sont des adaptations de chansons trangres et 3
autres semblent ne pas tre l'oeuvre d'auteurs franais, ce qui veut
dire qu'on ne trouve plus en France d'auteurs compositeurs nouveaux,
originaux, pour le "grand public", on n'investit plus sur eux
prfrant se fier au succs de chansons ayant dj fait leurs
preuves aux Etats-Unis
Pour continuer sur la Star-Ac, mme si Grgory peut tre considr=

comme un "contre-exemple" puisqu'il a galr quand mme un peu avant
d'arriver o il en est, ce n'est pas du tout le cas des autres Ces
"artistes" ne gravissent plus de marches pour atteindre les hauts
sommets de la gloire, il prennent directement l'ascenseur "Star-Ac"
leur permettant de passer du statut de "rien" celui de "star"
souvent phmre malgr tout
Si ce systme tend se gnraliser, nous n'aurons plus les tats
intermdiaires (et ils disparaissent d'ailleurs dj), qui
permettent aux artistes de se former, de progresser, de construire une
carrire, de commencer tout simplement gagner leur vie

Oui, la musique devrait tre GRATUITE, mais dans ce cas, il faut que
l'essence , la nourriture, le logement, les vtements, le soient aussi
! ! !

Les Majors n'investissent plus sur du long terme, n'aident plus la
cration, n'aident plus perte comme elles le faisaient avant parce
qu'elles n'ont plus d'argent d'avance pour a, l'investissement est
trop risqu puisque les ventes ont baiss de 25% en 2004 aprs avoir
baiss de 15% en 2003 Combien cette anne?
Les ventes baissent mais pourtant les Stars vendent toujours autant si
ce n'est plus en proportion, c'est normal puisqu'il n'y a plus qu'elles
!!!
L'offre diminue inexorablement au profit des plus grandes Stars et des
rditions, remixages, recyclages de tubes au succs assur

Le message que j'essaie de faire passer ici, c'est qu'avec le piratage
internet, nous sommes en train de casser un systme qui pouvait
permettre l'mergence de nouveaux talents, de nouveaux artistes, de
crateurs, auteurs ou compositeurs, que c'est DEBILE de comparer le
piratage internet avec la copie K7 ou mme le gravage de CD puisque
c'est sans aucune mesure

Quand on copie un CD en le gravant ou en le mettant sur K7, il y a un
CD l'origine, donc quelqu'un qui l'a achet et le nombre de
"gnrations" de copies est assez limit, tandis qu'avec le
piratage, on se contente du produit copi, on ne consomme plus que
lui, et pour un CD source peut-tre achet, on gnre des MILLIONS
de copies ! ! !

Dire qu'une chanson 1 c'est trop cher, c'est forcment parce
qu'on a perdu l'habitude mme de payer pour elle, on trouve normal de
se la procurer en quelques secondes sur le net gratuitement

Les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas plus cons que les anciens
jeunes ils ne sont pas dans le mme systme et on les appelle les
"tout m'est d" Le piratage internet rpond bien leur exigence
premire : tout, tout de suite, sans effort, gratuitement, normal.

Ce qui me semble grave, c'est l'inconsistance du langage des majors qui
entrane une absence de repres srieux pour les ducateurs qui ne
peuvent pas se limiter au "c'est illgal" ou "c'est interdit", ou
encore "c'est pas bien" puisque le "c'est pas bien" doit tre suivi
d'un "parce que" suivi d'une justification qui tienne la route et que
de dire que les "majors" perdent de l'argent, a ne tient pas, mme
si c'est vrai, parce que les gens ont un -priori ngatifs envers
ceux qui gagnent beaucoup trop d'argent leurs yeux et qui se
plaignent Ils voudraient rpondre: "nous non-plus, nous ne gagnons
pas assez d'argent et nous en avons 1 milliard de fois moins que vous
!"

Je pourrais continuer des lignes et des lignes encore

J'arrte l ce dbut de rflexion

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout

Laurent Guet
  • Partager ce contenu :
Vos réponses Page 1 / 7
Trier par : date / pertinence
Xavier Roche
Le #13838481
LaDoRéCréation wrote:
Seulement, j'ai fait la remarque aux nombreux élèves me réclamant
cette chanson, qu'ils se contentaient de la consommer mais que, sauf
erreur de ma part, je ne voyais pas leur souscription....



C'est humain. D'une part, la copie est l'imitation ont toujours été le
moteur naturel de la création. Copier, c'est avant tout partager de la
culture. Qu'on protège les créateurs, en leur assurant un revenu
correct, en instaurant des royalties pour la copie de leurs oeuvres,
c'est parfaitement normal. Mais ne soyons pas naïfs: la copie a toujours
existé, que ce soit les K7 copiées depuis les stations de radio, par
exemple.

Ils ont vécu en direct mon travail avec les élèves, ils savent à
quel point c'est fastidieux, long, usant pour les nerfs, mais donner
10€ pour soutenir cette action créatrices et créative



Ils ont peut être tout dépensé pour les sonneries et abonnements pour
portable ? (sic - voir les études sur les modes de consommation actuels)

On nous montre aussi des stars richissimes qui se payent des choses
insensées comme Céline Dion et son "Re"-mariage en Cléopatre etc.



Ces stars sont effectivement minoritaires. La plupart des artistes
crèvent la dalle, ou cummulent deux métiers. Enfin, les vrais artistes,
pas les producteurs de soupe. Le problème provient aussi du mode de
distribution, des risques non pris par les majors en position dominante
(et qui sont hélas favorisés par le ministère de la culture, en France),
le monopole de la SACEM, etc.

Oui, la musique devrait être GRATUITE, mais dans ce cas, il faut que
l'essence , la nourriture, le logement, les vêtements, le soient aussi
! ! !



Vous comparez deux choses non comparables: la création intellectuelle,
et les biens matériels. On peut obtenir une création intellectuelle sans
impact sur la possession de l'auteur original (copie), ce qui n'est pas
le cas pour un bien matériel (vol). Après, il faut évaluer la perte
réelle entrainée par les copies non rénumérées. C'est très difficile,
dans la mesure où - peut être - beaucoup d'élèves n'auraient pas acheté
le CD 10€, si ils n'avait pas pu le pirater.

C'est un point essentiel: les gamins qui piratent 1000 albums, ils
n'auraient de toute manière pas acheté ces 1000 albums si ils n'avaient
pas eu accès à des copies illicites. Et de toute manière, ils
n'écouteront probablement pas les 1000 albums en question. Après, la
vrai question est: comment faire pour assurer un revenu aux auteurs ?
Comment évaluer le coût de tout cela ?

Les forfaits "illimités" ; par exemple pour quelques dizaines d'€ par
mois, permettraient peut être de régler le problème. Le principe: une
license mensuelle d'écoute pour toute musique, avec reversements en
fonction de l'écoute. La mise en place, par contre, serait plus que
problématique (compatibilité avec des systèmes très différents, accords
internationaux..)

Les Majors n'investissent plus sur du long terme, n'aident plus la
création, n'aident plus à perte comme elles le faisaient avant parce
qu'elles n'ont plus d'argent d'avance pour ça, l'investissement est
trop risqué puisque les ventes ont baissé de 25% en 2004 après avoir
baissé de 15% en 2003... Combien cette année?



Foutaises.

- 2003 a vu l'augmentation du CA de pas mal de maisons de disque
"Selon les chiffres du SNEP rendus publics à Cannes, deux majors, Warner
Music et BMG, ainsi que nombre d'indépendants, ont vu leur chiffre
d'affaires et parts de marché augmenter en 2003" (source SNEP)

- 2004 est aussi une bonne année:

Et les majors n'ont jamais eu autant de moyens.
- La baisse n'est pas si importante
- Le baisse d'explique par l'augmentation phénoménale des dépenses type
"portable" et DVD
- Pourquoi investir dans la qualité quand les gens acceptent d'acheter
de la daube ?

C'est ce qui ressort de toute les études sérieuses réalisées. Qui
confirment un autre fait: le piratage n'a que peu ou pas d'impact sur
les ventes.


L'offre diminue inexorablement au profit des plus grandes Stars et des
rééditions, remixages, recyclages de tubes au succès assuré...



Produire de la daube rapporte plus et est moins risqué. Peut-on mettre
cela sur le dos des consommateurs ?

Le message que j'essaie de faire passer ici, c'est qu'avec le piratage
internet, nous sommes en train de casser un système qui pouvait
permettre l'émergence de nouveaux talents, de nouveaux artistes, de



Ah. Vous savez, il y a beaucoup d'indépendents qui placent leurs
créations sur Internet. En téléchargement direct, de bonne qualité,
gratuit, sans DRM. Et ça marche. Beaucoup (la plupart) téléchargent sans
payer, mais peu importe: une très large diffusion permet de conquérir de
nouveaux auditeurs.

Dire qu'une chanson à 1€ c'est trop cher, c'est forcément parce
qu'on a perdu l'habitude même de payer pour elle



On a surtout perdu l'habitude de payer le prix fort pour les maisons de
disque ? 51% pour la maison de production, et moins de 10% pour
l'artiste (cela frise parfois 1-2% pour les petits artistes qui
n'atteignent pas un certain niveau de ventes)

Les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas plus cons que les anciens
jeunes... ils ne sont pas dans le même système et on les appelle les
"tout m'est dû"... Le piratage internet répond bien à leur exigence
première : tout, tout de suite, sans effort, gratuitement, normal.



Non. Tout, tout de suite, sans effort, en payant un prix raisonnable,
normal.

Ce qui me semble grave, c'est l'inconsistance du langage des majors qui
entraîne une absence de repères sérieux pour les éducateurs qui ne
peuvent pas se limiter au "c'est illégal" ou "c'est interdit"



Déja, il va falloir essayer de convaincre les gens que le piratage a un
impact nagatif sur quoi que ce soit (voir les deux études citées plus
haut). Il fait baisser les ventes de la soupe produite par Vivendi &
cie, c'est vrai. Mais aucun impact n'a jamais été prouvé pour la musique
"normale" (je met des guillemets, hein). Aucun.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout...



Ya pas de mal. Mais je pense que vous êtes trop focalisés sur le dicours
type des maisons de disque. Essayez de penser au mode de ditribution,
relativisez le piratage, positiver la diffusion (même partiellement
rémunérée). Les gens achèteront (même aprtiellement) si ils aiment, j'en
suis persuadé.
Eriam Schaffter
Le #13838471
Xavier Roche a écrit :
LaDoRéCréation wrote:

Ya pas de mal. Mais je pense que vous êtes trop focalisés sur le dicours
type des maisons de disque. Essayez de penser au mode de ditribution,
relativisez le piratage, positiver la diffusion (même partiellement
rémunérée). Les gens achèteront (même aprtiellement) si ils aiment, j'en
suis persuadé.



Vous aussi vous êtes un peu trop focalisé sur ce discours il me semble.

Chaque évolution possible dans le domaine des droits d'auteurs que vous
imaginez n'a de raison d'être qu'en tant que contre-partie d'un système
existant qui fonctionne.

L'élément important du texte me semblait être celui qui évoquait la
gratuité.
LaDoRéCréation
Le #13838461
Xavier Roche a écrit :

C'est humain. D'une part, la copie et l'imitation ont toujours été le
moteur naturel de la création. Copier, c'est avant tout partager de la
culture. Qu'on protège les créateurs, en leur assurant un revenu
correct, en instaurant des royalties pour la copie de leurs oeuvres,
c'est parfaitement normal. Mais ne soyons pas naïfs: la copie a toujours
existé, que ce soit les K7 copiées depuis les stations de radio, par
exemple.



Que la copie soit le moteur de la création n'est pas un problème en
soit, mais là, il s'agit de consommation et non de création...

N'est il pas un peu bizarre de mettre dans le même message :"Qu'on
protège les créateurs, en leur assurant un revenu correct, en
instaurant des royalties pour la copie de leurs oeuvres, c'est
parfaitement normal.

et

Ah. Vous savez, il y a beaucoup d'indépendents qui placent leurs
créations sur Internet. En téléchargement direct, de bonne qualit é,
gratuit, sans DRM. Et ça marche. Beaucoup (la plupart) téléchargent sans
payer, mais peu importe: une très large diffusion permet de conquérir de
nouveaux auditeurs.




Conquérir des nouveaux auditeurs, ça ne nourrit pas un artiste...

Cet artiste a besoin d'un minimum pour vivre et on peut dire
qu'aujourd'hui, je le vois autour de moi, les artistes ne vivent qu'en
magouillant pour pouvoir obtenir leur statut d'intermittent du
spectacle et non sans bosser, mais en bossant pour rien parce qu'ils
n'ont pas le choix...


> On nous montre aussi des stars richissimes qui se payent des choses
> insensées comme Céline Dion et son "Re"-mariage en Cléopatre etc.

Ces stars sont effectivement minoritaires. La plupart des artistes
crèvent la dalle, ou cummulent deux métiers. Enfin, les vrais artiste s,
pas les producteurs de soupe. Le problème provient aussi du mode de
distribution, des risques non pris par les majors en position dominante
(et qui sont hélas favorisés par le ministère de la culture, en Fra nce),
le monopole de la SACEM, etc.



N'est-ce pas la logique capitaliste qui montre là son absurdité?

Dès qu'un artiste gagne 1 milliard de fois ce qu'il est décent de
gagner pour vivre, pourquoi les gains engendrés par la vente de ses
"oeuvres" ne sont ils pas en partie réutilisé pour aider les autres
créations?

> Oui, la musique devrait être GRATUITE, mais dans ce cas, il faut que
> l'essence , la nourriture, le logement, les vêtements, le soient aussi
> ! ! !

Vous comparez deux choses non comparables: la création intellectuelle,
et les biens matériels. On peut obtenir une création intellectuelle s ans
impact sur la possession de l'auteur original (copie), ce qui n'est pas
le cas pour un bien matériel (vol). Après, il faut évaluer la perte
réelle entrainée par les copies non rénumérées. C'est très di fficile,
dans la mesure où - peut être - beaucoup d'élèves n'auraient pas acheté
le CD 10€, si ils n'avait pas pu le pirater.



Cette vision des choses me fait bondir... Une création intellectuelle,
c'est une idée... à partir du moment où il y a du son, c'est
palpable, cela devient matériel, même si pour obtenir ce son, on
utilise des chiffres (les moyens numériques) il s'agit bien d'une
combinaison concrète de chiffres, que l'on peut stocker sur un disque
dur ou une mémoire informatique, peu importe, et donc, si on se la
procure sans payer, alors que pour la produire, ça a pris du temps,
coûté de l'argent, etc., il s'agit bien de vol, d'autant si l'artiste
n'a pas mis ses oeuvres en "téléchargement libre" sur le net...
Je crois qu'il est difficile pour une personne "lambda" qui n'a pas
besoin de vivre de ses créations, de comprendre à quel point c'est
humiliant et décourageant d'avoir en face de soi des gens qui trouvent
normal de prendre du plaisir avec ses oeuvres sans contre-partie...


C'est un point essentiel: les gamins qui piratent 1000 albums, ils
n'auraient de toute manière pas acheté ces 1000 albums si ils n'avaie nt
pas eu accès à des copies illicites. Et de toute manière, ils
n'écouteront probablement pas les 1000 albums en question.



Qu'ils écoutent ces albums ou pas, je m'en contre fiche, ce que je
trouve grave, c'est la banalisation de l'accès direct sans
contre-partie, c'est du vol sous couvert de "culture"... Il ne s'agit
pas là d'oeuvres classiques a haut degré d'intellect mais d'art
mineur comme le soulignait Gainsbourg, à haut degré de plaisir
simple...

..............................................................Après, la
vrai question est: comment faire pour assurer un revenu aux auteurs ?
Comment évaluer le coût de tout cela ?



C'est effectivement le noeud du problème... Que demandent les
créateurs si ce n'est leur part du gâteau pour vivre...

Les forfaits "illimités" ; par exemple pour quelques dizaines d'€ par
mois, permettraient peut être de régler le problème. Le principe: u ne
license mensuelle d'écoute pour toute musique, avec reversements en
fonction de l'écoute. La mise en place, par contre, serait plus que
problématique (compatibilité avec des systèmes très différents, accords
internationaux..)



Là aussi, ce n'est un système qui ne profite qu'aux majors et aux
plus grands comme Goldman et les autres, puisque la SACEM, seul
interlocuteur sérieux en France pour défendre les droits d'auteurs va
se baser sur des sondages pour rémunérer les auteurs, autant dire que
les petits nouveaux n'auront jamais rien mais les gros encore plus...

> Les Majors n'investissent plus sur du long terme, n'aident plus la
> création, n'aident plus à perte comme elles le faisaient avant parce
> qu'elles n'ont plus d'argent d'avance pour ça, l'investissement est
> trop risqué puisque les ventes ont baissé de 25% en 2004 après av oir
> baissé de 15% en 2003... Combien cette année?

Foutaises.



Effectivement, je me suis trompé, il s'agit des droits d'auteurs qui
ont baissé... et c'est bien là le problème...
"au cours de l'année 2004, les droits d'auteur encaissés par la
Société de gestion du Droit de Reproduction Mécanique (SDRM) au
titre du secteur phonographique ont chuté de près de 25% ! "

Ce sont les chiffres de la SDRM et c'est elle qui est chargée de
recueillir les fonds pour les auteurs compositeurs...

- 2003 a vu l'augmentation du CA de pas mal de maisons de disque
"Selon les chiffres du SNEP rendus publics à Cannes, deux majors, Warner
Music et BMG, ainsi que nombre d'indépendants, ont vu leur chiffre
d'affaires et parts de marché augmenter en 2003" (source SNEP)

- 2004 est aussi une bonne année:

Et les majors n'ont jamais eu autant de moyens.
- La baisse n'est pas si importante
- Le baisse d'explique par l'augmentation phénoménale des dépenses type
"portable" et DVD
- Pourquoi investir dans la qualité quand les gens acceptent d'acheter
de la daube ?

C'est ce qui ressort de toute les études sérieuses réalisées. Qui
confirment un autre fait: le piratage n'a que peu ou pas d'impact sur
les ventes.





Tout ça, c'est de la propagande, rien de plus.



> Dire qu'une chanson à 1€ c'est trop cher, c'est forcément parce
> qu'on a perdu l'habitude même de payer pour elle

On a surtout perdu l'habitude de payer le prix fort pour les maisons de
disque ? 51% pour la maison de production, et moins de 10% pour
l'artiste (cela frise parfois 1-2% pour les petits artistes qui
n'atteignent pas un certain niveau de ventes)



Pour être précis, il s'agit de 7% à se partager entre les
auteurs-compositeurs-arrangeurs-éditeurs....

> Les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas plus cons que les anciens
> jeunes... ils ne sont pas dans le même système et on les appelle les
> "tout m'est dû"... Le piratage internet répond bien à leur exigen ce
> première : tout, tout de suite, sans effort, gratuitement, normal.

Non. Tout, tout de suite, sans effort, en payant un prix raisonnable,
normal.



Là aussi, c'est bien mal connaître les jeunes et leurs habitudes...

un prix raisonnable, ça ne veut rien dire pour eux, puisque pour les
sonneries de téléphone, ils paient le prix très fort pour un truc
qui va sonner d'une manière pitoyable et qui dure 15 secondes, 2 à
3€ ! ! !
Ils paient parce qu'ils n'ont pas le choix...

S'ils ont les moyens techniques de tétourner ce système, ils le font
!

1€ pour une chanson, à mon avis, c'est en dessous du raisonnable,
mais c'est mon avis parce que j'ai besoin de vivre de ma musique... sur
1€, je vais percevoir 7 centimes si je cumule les droits d'auteur
compositeur et éditeur...

Autant dire presque rien....

> Ce qui me semble grave, c'est l'inconsistance du langage des majors qui
> entraîne une absence de repères sérieux pour les éducateurs qui ne
> peuvent pas se limiter au "c'est illégal" ou "c'est interdit"

Déja, il va falloir essayer de convaincre les gens que le piratage a un
impact nagatif sur quoi que ce soit (voir les deux études citées plus
haut). Il fait baisser les ventes de la soupe produite par Vivendi &
cie, c'est vrai. Mais aucun impact n'a jamais été prouvé pour la mu sique
"normale" (je met des guillemets, hein). Aucun.



Ce langage me fait bondir aussi... Il va falloir faire admettre aux
gens que PIRATER, ce n'est pas grave, c'est ça?

PIRATER TUE LA CREATION ! ! ! c'est aussi grave que ça, et cette
réalité, je la vis de l'intérieur, je peux en témoigner, et je
trouve dégoutant d'être obligé de se justifier pour simplement
espérer vivre de son travail...

La Musique, de quelque style qu'elle soit, est partout, nous accompagne
à chaque instant, mais on ne veut pas récompenser un minimum ceux qui
la crée, c'est écoeurant.

> Merci de m'avoir lu jusqu'au bout...

Ya pas de mal. Mais je pense que vous êtes trop focalisés sur le dico urs
type des maisons de disque. Essayez de penser au mode de ditribution,
relativisez le piratage, positiver la diffusion (même partiellement
rémunérée). Les gens achèteront (même aprtiellement) si ils aim ent, j'en
suis persuadé.



Je crois surtout qu'il y a de doux rêveurs qui ne connaissent pas la
réalité des jeunes artistes.... et qui pour justifier
l'injustifiable, c'est à dire le piratage, qui est du vol, se
réfugient derrière des allibis de partage de culture....
Xavier Roche
Le #13838451
LaDoRéCréation wrote:
N'est il pas un peu bizarre de mettre dans le même message :"Qu'on
protège les créateurs, en leur assurant un revenu correct, en
instaurant des royalties pour la copie de leurs oeuvres, c'est
parfaitement normal.



Il y a deux choses à concilier: le partage de la culture, et la
rémunération des auteurs. On ne peut pas aller vers le tout gratuit,
mais on ne peut pas non plus considérer la culture comme un bien de
consommation lambda.

Conquérir des nouveaux auditeurs, ça ne nourrit pas un artiste...



Si. Proportionnellement, sur N auditeurs, un certain pourcentage
achètera. Parce qu'il aimera l'artiste, qu'il voudra le récompenser, que
sais-je. Plus un auteur est connu, plus il a de chances de gagner sa
vie. Non ?

spectacle et non sans bosser, mais en bossant pour rien parce qu'ils
n'ont pas le choix...



Nous sommes bien d'accord.

Cette vision des choses me fait bondir... Une création intellectuelle,
c'est une idée... (..) alors que pour la produire, ça a pris du temps,
coûté de l'argent, etc., il s'agit bien de vol



Non. C'est de la copie illicite. Le fait de copier n'entraine aucune
perte. Le fait de ne pas payer la rémunération, par contre, entraine une
perte. Vous voyez la subtilité ? Si on vous vole votre voiture, c'est
une perte sèche, même si le voleur n'a pas les moyens de s'en payer une.
Si il vous copie, vous ne perdez rien, sauf l'espor qu'il aurait pu
éventuellement vous payer de sa poche quelques royalties. Ce qui ne veut
pas dire que la perte n'existe pas. Elle existe dans une certaine mesure.

Qu'ils écoutent ces albums ou pas, je m'en contre fiche, ce que je
trouve grave, c'est la banalisation de l'accès direct sans
contre-partie



C'est peut être le contre-coup de l'industrialisation de la musique en
général. Le marché s'est fortement concentré, au détriment de la qualité
et de la concurrence (cinq acteurs en position de quasi-monopole en
Europe, avec des soupçons d'entente mutuelle pour contrôller les prix),
et le public n'a peut être plus le respect qu'il avait pour les auteurs,
du coup.

Et puis, quand le public paye de sa poche un disque a 20 euros, il a
peut être du mal a accepter que seul quelque chose comme 1 euro ira a
l'artiste, et 11 euro à Vivendi (ou BGM, etc.). Enfin, dans le cas où
l'artiste est aussi auteur/compositeur, comme vous dites.

Là aussi, ce n'est un système qui ne profite qu'aux majors et aux
plus grands comme Goldman et les autres, puisque la SACEM, seul
interlocuteur sérieux en France pour défendre les droits d'auteurs va
se baser sur des sondages pour rémunérer les auteurs, autant dire que
les petits nouveaux n'auront jamais rien mais les gros encore plus...



Eh oui. L'autre problème, c'est ça: la gestion de la SACEM. Un monopole
qui n'en est pas un, et qui pose un certain nombre de problèmes, comme
vous avez pu le constater.

Effectivement, je me suis trompé, il s'agit des droits d'auteurs qui
ont baissé... et c'est bien là le problème...



Mais les bénéfices n'ont jamais été aussi importants au niveau des
maisons de disque. Votre conclusion ? La faute au piratage, peut être ?



Tout ça, c'est de la propagande, rien de plus.



Non. Ce sont des études réalisées par des professionnels (FNAC,
Forrester, etc.), qui prouvent par A+B que le piratage ne nuit que de
manière marginale aux ventes. C'est une réalité que beaucoup de monde
semble ne pas vouloir accepter.

Peut être pour crier au loup, et éviter de répondre à des questions
génantes, comme le niveau scandaleux de la rémunération des
intermédiaires à l'heure où les échanges par Internet devraient les
écraser à des niveaux très bas ?

Pour être précis, il s'agit de 7% à se partager entre les
auteurs-compositeurs-arrangeurs-éditeurs....



Et vous ne pensez pas qu'une grosse partie du problème se situe ici ?

un prix raisonnable, ça ne veut rien dire pour eux, puisque pour les
sonneries de téléphone, ils paient le prix très fort pour un truc
qui va sonner d'une manière pitoyable et qui dure 15 secondes, 2 à
3€ ! ! !



Oui. Efet de mode débile, comme pour les logos. Ca pourrait être aussi
bien les yoyos, les tenues vestimentaires fabriquées à bas prix et
revendus au prix fort, etc. C'est un effet de mode - le disque est un
peu passé de mode, au détriment du portable et du DVD. C'est un choix du
public, rien d'autre.

Ils paient parce qu'ils n'ont pas le choix...



Non, parce que c'est la mode. Une sonnerie débile à 3 euros, il faut
vraiment la vouloir.

1€ pour une chanson, à mon avis, c'est en dessous du raisonnable,



Si vous perceviez 0.5€ de ces 1€, ce serait peut être plus raisonnable,
non ?

Ce langage me fait bondir aussi... Il va falloir faire admettre aux
gens que PIRATER, ce n'est pas grave, c'est ça?



Pourquoi c'est grave ? Bon sang, vous pensez que l'étude de la FNAC qui
démontre que le piratage n'a pas vraiment changé les habitudes de
consommation a été fabriquée de toutes pièces ? Vous croyez que la FNAC
a interêt de dire "le piratage, finalement, n'a pas de graves
conséquences comme on pouvait le craindre" ?

PIRATER TUE LA CREATION ! ! !



Propagande, propaggande.

réalité, je la vis de l'intérieur, je peux en témoigner



Vous témoignez juste d'une réalité: la difficulté de gagner sa vie en
tant qu'artiste. Prendre comme bouc émissaire les jeunes qui piratent
n'est pas raisonnable, et ne correspond en rien à la réalité. Oui, c'est
énervant de voir des gens qui copient sans payer, mais les faits sont
là: ce n'est pas ce qui explique les problèmes que rencontrent les
artistes aujourd'hui.

Je crois surtout qu'il y a de doux rêveurs qui ne connaissent pas la
réalité des jeunes artistes....



Vous confondez deux choses, encore une fois:
- la difficulté, bien réelle, pour les artistes, d'arriver à s'en
sortir, pour de nombreuses raisons
- la justification de tous les maux par l'excuse du piratage, qui est
sans base solide

Attention, aucune justification du piratage, ou excuse pour les
copieurs: ils sont en tort, et devraient plutôt acheter pour encourager
les artistes. Mais les prendre pour responsables de tous les maux est
encore une fois une attitude qui m'écoeure au plus haut point, car elle
n'a qu'un but: détourner le débat par des jugements définitifs (copie ->
pirate -> il faut légiférer pour favoriser encore d'avantage l'industrie
du disque toute puissante)
LaDoRéCréation
Le #13838441
On ne peut pas dire "copier ou pirater, c'est pas bien" et dire qu'il
n'y a aucune conséquence, car ce n'est pas vrai, les baisses de
revenus de la SDRM sont bien réelles, or, elles dépendent directement
des ventes, donc il y a forcément quelqu'un qui ment !!!

Ce que je trouve grave, c'est l'absence de morale au nom du sacro-saint
partage de la "culture"...

Je peux changer mon slogan : Pirater ne tue pas les majors, mais
pirater tue réellement la création.

Je comprends bien que de copier un morceau ne l'enlève pas de
quelque-part, mais la personne qui copie ou pirate se retrouve bel et
bien avec quelquechose de concret qu'elle n'a pas payé... elle va
prendre du plaisir grâce à cette copie gratuitement et ce n'est pas
normal, ça va à l'encontre des droits de reproduction...

Je connais des radios locales qui passent des mp3 piratés, qui
engendrent de la pub etc. alors qu'elles n'ont même pas acheté le
morceau. Par contre, effectivement, elles paient des droits d'auteurs
(théoriquement)....

Ce ne sont pas les pirates que j'accuse, c'est le piratage, là aussi
il y a une nuance...

Le manque d'argent pour investir sur de nouveaux talents est une
réalité.

La copie, c'est de la contre-façon, on pourrait le comparer aux
montres Cartier et sacs Vuiton. Dire que ça n'enlève rien est une
erreur dans le sens ou la personne ayant une copie obtenue
illégalement chez elle, n'ira pas acheter l'original... C'est tout
simple.
Et dire que les jeunes consomment des sonneries à 3€ parce que c'est
la mode, ça me fait doucement rigoler, parce qu'ils consomment aussi
les morceaux originaux qui sont à la mode mais préfèrent les
télécharger gratuitement plutôt que de les acheter, c'est évident
puisque le P2P est à la mode !!!
16 millions de fichiers musicaux échangés en France par jour, ce
n'est pas rien... C'est la banalisation de l'accès direct et gratuit
à la musique. Au détriment des créateurs.

Mes CD, je ne les vends pas via une maison de disque, je m'en
contre-fiche à la limite des maisons de disques, mais c'est vrai que
de se faire connaître fait vendre... Et croire qu'en figurant sur un
site d'auto-productions ça aide à se faire connaître et que par
sympathie les gens vont te donner peut-être des sous, c'est vraiment
être à côté de la plaque et ne pas du tout connaître le milieu des
musiciens... c'est bon pour ceux qui ont un boulot à côté et qui
font de la musique comme hobbie, c'est bien tout...
Si au moins les musiciens pouvaient déjà vivre en faisant tout
simplement de la musique en direct, des concerts, dans des pubs, mais
il faut voir avec quel mépris on est traîté par les patrons de bar.
Il faut t'estimer heureux d'obtenir 50€ pour la soirée... et souvent
non-déclarés, si t'obtiens 4 dates dans le mois, c'est bien, t'as
200€ pour vivre....
Xavier Roche
Le #13838431
LaDoRéCréation wrote:
On ne peut pas dire "copier ou pirater, c'est pas bien" et dire qu'il
n'y a aucune conséquence, car ce n'est pas vrai, les baisses de
revenus de la SDRM sont bien réelles, or, elles dépendent directement
des ventes, donc il y a forcément quelqu'un qui ment !!!



Eh bien les chiffres sont là: le CA des maisons de disque a bien
augmenté sur 2003/2004, et les études type FNAC montrent que le piratage
n'a pas fait baisser de manière significative les ventes.

Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de baisse, notamment à cause
d'un report "argent de poche" sur le mobile et les autres loisirs (jeux,
vidéos..)
Le baisse peut dont très bien être réelle (et sensible)

Le manque d'argent pour investir sur de nouveaux talents est une
réalité.



Certes. Mais je met en doute la raison profonde de ce manque de moyens
(ie. manque de dynamisme des acteurs en position dominante ?)

La copie, c'est de la contre-façon, on pourrait le comparer aux
montres Cartier et sacs Vuiton.



Non, là aussi mauvaise comparaison. La contrefaçon, c'est par exemple
les CD pirates vendus à Hong Kong, quasi-identiques à des versions
originales. Il y a (1) un bien matériel copié, et (2) un profit réalisé.

Ne mélangeons pas tout - vol, copie, contrfaçon (pourquoi pas aussi
meurtre, génocide, que sais-je encore). Le discours (un peu démago) du
type "copier c'est voler" me met toujours un peu mal à l'aise, notamment
parce qu'il permet de justifier tous les excès (notamment au niveau
législatif - menacer des gamins de prison pour avoir copié des mp3, il
faut arrêter de se foutre de la geule du monde)

Et croire qu'en figurant sur un
site d'auto-productions ça aide à se faire connaître et que par
sympathie les gens vont te donner peut-être des sous



Non, non. Des sites de producteurs indépendents.

il faut voir avec quel mépris on est traîté par les patrons de bar.
Il faut t'estimer heureux d'obtenir 50€ pour la soirée...



Bienvenu dans le métier d'artiste. Cela ne date pas d'aujourd'hui -
c'est dur, très dur, de percer. D'autant plus dur si vous voulez ne pas
signer avec le diable (les grosses maisons de production)

Mais bon, là on est un peu totalement hors charte ici, je m'arrête donc
sur ce sujet.
djehuti
Le #13838421
salut
LaDoRéCréation news:

Je crois surtout qu'il y a de doux rêveurs qui ne connaissent pas la
réalité des jeunes artistes....



plus y a de fous, moins y a de riz !
( le BTP manque de bras *eg* )

faudrait peut être arrêter de faire croire à n'importe quel gamin qu'il peut
devenir une star en quelques semaines (ce sont qui les doux rêveurs ?)

et quand je vois certaines /stars/ qui veulent même pas payer leurs
impôts... ben j'ai pas envie de plaindre qui que ce soit (surtout que la
musique... on peut s'en passer)

@tchao
djehuti
Le #13838411
salut
Xavier Roche news:dapc17$2cn$

Eh bien les chiffres sont là: le CA des maisons de disque a bien
augmenté sur 2003/2004, et les études type FNAC montrent que le
piratage n'a pas fait baisser de manière significative les ventes.



la conclusion est logique* : si les "créateurs" s'appauvrissent... c'est la
faute aux maisons de disque

la solution : "créateurs", si vous voulez manger... achetez des actions de
votre maison de disque :-D

@tchao

* sous réserve que les bénéfices suivent la progression du CA
LaDoRéCréation
Le #13838401
Je crois qu'il sera impossible de nous entendre tant les points de vue
divergent...
Je suis venu témoigner et dire ce que je pense, ce que je vis mais il
m'est impossible d'entendre des propos qui mettent en doute le péril
du milieu du disque en disant simplement "ben ouais, c'est comme ça
mon pote, c'est la galère, tout le monde s'en fout, ils avaient qu'à
pas inventer internet et permettre aux gens de pirater et blablabla et
blablabla"...
Je crois qu'il n'y a rien de pire que les gens qui essaient de
justifier l'injustifiable. J'ai l'impression d'être en face d'un
"monsieur je sais tout" qui ne fait pas avancer le débat, qui s'appuie
sur des chiffres donnés par une entreprise qui a tout intéret à
vendre des ordinateurs, des lecteurs mp3 et divx, des disques durs,
etc. tout ce qui sert à stocker les dits fichiers et que par
conséquent chacun est manipulé et voit midi à sa porte... tout comme
les FAI qui font toute leur pub sur le 20 méga qui ne peut avoir
d'intéret que pour les téléchargeurs fous de divx...
Je reviens à ma constatation du départ, les jeunes perdent l'habitude
d'acheter la musique, c'est une constatation simple et sans appel,
parce qu'ils ont entre-autre la possibilité d'avoir cette musique
gratuitement et parce qu'ils font d'autres choix, qu'ils ont d'autres
dépenses...(les portables notamment).
C'est mon analyse et je constate amèrement que j'ai en face de moi
quelqu'un qui essaie de me convaincre que c'est faux, un peu comme Bush
et Blair ont pu justifier qu'il fallait aller en Irak, avec des
mensonges énormes, de la manipulation, beaucoup d'assurance,
d'arrogance et une pointe de mépris pour ceux qui disent le contraire.
Il faudrait que j'admette que puisque quelqu'un a mis au point la
possibilité de tout pirater, et bien il faut s'y faire, les gens en
profitent pendant que c'est "encore possible", vite avant que la souce
ne se tarrisse et c'est pas bien de faire la morale aux jeunes, surtout
que même les "vieux" sont concernés, c'est pas bien de pirater mais
on le fait quand même parce qu'on ne peut pas s'en empêcher et
surtout ON NE PEUT PAS NOUS EN EMPÊCHER !!!
Puisque la justice ne peut quasiment rien tellement le phénomène
touche quasi tout le monde, et bien, laissons faire et profitons-en !
C'est une triste conclusion qui me montre à quel point notre société
va mal.
si on m'avait dit à quel point le "virtuel" pouvait à ce point
atteindre la raison même des gens, j'aurais tout fait pour que ça
n'arrive pas, mais maintenant, c'est trop tard...

C'est comme ça que la création va peu à peu s'apauvrir jusqu'à
quasiment disparaître, alors on ne fera plus que des remixes, du
recyclage avec parfois une petite étincelle de nouveauté mais j'y
crois de moins en moins, je suis très pessimiste.

Sur cette sombre constatation, je vous dis merci quand même et
au-revoir.
djehuti
Le #13838391
LaDoRéCréation news:

Je suis venu témoigner et dire ce que je pense



voilà... c'est fait !

même les artistes ne sont pas d'accord entre eux pour dire que le
téléchargement, c'est bien/mal

j'ai même l'impression que les "vrais" (ceux qui font de la scène, par
exemple) sont plutôt favorables... me d'mande bien pourquoi

personnellement, je n'ai pas lu dans les propos de Xavier une tentative
irrationnelle de "justifier l'injustifiable"
et je ne suis pas du tout persuadé qu'il soit le plus réfractaire de vous
deux *eg*

@tchao
Poster une réponse
Anonyme