Que fait la Justice pour protéger nos enfants?

Le
Emmanuel Etasse
Bonsoir,
Excusez moi, mais j'ai besoin de m'exprimer devant le plus grand nombre
de personnes car depuis deux ans je suis témoin malgré moi du
fonctionnement de la justice, ou plutôt de son "absence" de
fonctionnement. Je ne suis pas personnellement concerné par les faits,
mais les choses que je voudrais vous signaler me paraissent très graves.
Certains d'entre vous me diront peut-être que ç'est très courant je
vais faire le plus court possible, et ne donnant pas de précisions car
ça pourrait porter beaucoup de tort à une personne qui a déjà beaucoup
de mal à protéger ses enfants contre son ex-mari.
Cette personne, K a deux enfants (un garçon âgé de 7 ans et une fille
agée de 9 ans), est divorcée depuis 4 ans, et refait sa vie depuis 2 ans
avec un homme, père d'une fille de 7 ans. Depuis le divorce, un système
de résidence alternée est mis en place pour les enfants de K. Peu après
cette époque, K décèle un comportement bizarre de son fils et décide de
le faire suivre par un professionel de la santé. Durant 1 an, des doutes
s'installent mais K ne veut pas imaginer que son ex-mari puisse faire
quoique ce soit avec son fils. A cette époque, les professionels
émettent aussi des doutes, mais personne n'a de certitudes. L'enfant est
très très perturbé. K rencontre son compagnon actuel et décide de vivre
avec lui, mais à 250km du père de ses deux enfants. Avec ce dernier,
elle négocie un changement du mode de garde et demande la garde
complète mais le père, après avoir donné son accord oral, a préparé
tout un dossier de demande de garde des enfants juste avant que K ne
déménage bref on dirait une banale histoire d'ex-époux qui se font la
guerre mais dans le même temps les enfants sont entendus par une
avocate neutre, chargée de défendre leur intérêt dans ce conflit
l'avocate, apparement très experte (elle est très reconnue dans la
région), trouve les enfants très perturbés et décèle des signes qui ne
trompent pas. Les professionels saisissent le procureur en émettant de
grandes réserves sur la capacité du père à assumer une garde total, dans
la mesure où le fils présente des troubles très caractéristiques pour
l'instant on reste dans le subjectif et les impressions, mais la vie de
l'enfant n'est pas une partie de rigolade, il dit avoir un secret avec
son père, il se cache quand il vient le chercher, et fait de terribles
cauchemars toutes les nuits jusqu'au jour où l'enfant est entendu
dans le cadre d'une instruction contre le père (une enquète seulement)
dans un commissariat, enregistré et filmé là, il lance tout que
son père vient le chercher dans son lit très tôt avant le réveil de sa
soeur, et se masturbe devant lui la police conseille à la mère de ne
pas rendre les enfants à leur père bien qu'elle devienne hors la loi,
pour non présentation des enfantsmais quel parent pourrait "rendre
son enfant" dans de pareils circonstances?
Par la suite, le juge des affaires familliales, aux vues des pièces,
prononce un jugement provisoire : les enfants restent avec leur mère et
le père a un droit de visite en association.
1 an plus tard :
- le dossier instruit a été fermé, par manque de preuve: la police où le
petit avait déposé son témoignage a dit qu'il fallait un viol pour que
ça aille plus loin.
- un psychologue expert a entendu chaque partie pendant 1 heure et a
conclu à une machination de la mère. Il dira tout de même à la mère, en
privé, au téléphone, que ce père a quand même le droit de voir ses
enfants, et qu' ils n'ont qu'à s'enfermer à clef dans la salle de bain.
- un administrateur a été nommé (il a fallu 6 mois pour celà car les
fichiers n'étaient pas à jour) pour protéger les enfants, ce dernier a
choisi un avocat mais cet avocat refuse de faire 250km pour plaider
et fera une plaidoirie par écrit devant le JAF.
- le dossier (en pénal) a été réouvert car les enfants ont parlé, de
nouveau, suite à des pressions excercées par leur père pour qu'ils
reviennent chez lui, la fille aussi semble avoir subit des
attouchements. Des signalements ont donc réouvert le dossier clos pour
absences de "preuves" le juge saisi de cette affaire convoque la
mère, le père et demande la présence aussi du fils. la suite est
INCROYABLE. Si vous trouvez ça normal, SVP dites le moi, je ne comprends
pas pkoi ces gens rendent si mal la "Justice". La mère n'a pas pu ouvrir
la bouche pendant que le juge l'arrosait de propos diffamatoires,
sexistes et dégradants. Au bout d'un moment, elle a fait sortir son
fils. Les propos du juge sont en gros les suivants:
"- cette affaire me fait chier et elle n'ira pas en pénale
- je considère que toutes les femmes sont des hystériques, par
déduction, vous êtes une hystérique
- je considère que les enseignants sont tous des pédophiles
- les enseignants et les médecins sont des cons
- c'est vous qui mettez en danger vos enfants en les forçant à
raconter n'importe quoi
- monsieur, il va de soit que vous avez le droit de voir vos enfants

- de toute façon, ce n'est pas mon fils, alors je m'en fous
- pkoi avez vous amené votre fils ici, c'est stupide " , là, la
maman lui montre le nom de son fils qui figure sur la convocation
"- etc
- "
fin de citation bon, le JAF doit se prononcer dans qqs jour et
heureusement qu'un deuxième psy expert nommé par le juge va dans le sens
des enfants, c'est à dire de la souffrance, des non-dits et de la
perversité de leur père.
Je vous passe tous les détails sur les pièces qui n'arrivent jamais à
temps, qui se perdent même comme une copie de la vidéo du témoignage
de l'enfant, des gens qui ne veulent pas s'investir dans de telles
affaires bien sûr, un chauffard pris avec de l'alcool dans le sang,
c'est plus facile à gérer que ces sâles histoires de familles. mais
derrrière ces histoires, c'est la souffrance de nos enfants dont
personne ne semble se soucier, à part un parent qui doit se battre tout
seul face à tous, y compris notre justice.
Je n'apporte aucune preuve matérielle de ce que je vous raconte, mais je
prie de bien vouloir croire à l'impossible.
Merci.
Emmanuel.
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Bosco
Le #15049681
Bonsoir,

En tant que professionnel dans le secteur des enfants en situation de
handicap je ne peux que croire tout ce que tu racontes... malheureusement !

J'ai, depuis pas mal d'années, vécu des faits similaires, des plaintes au
procureur faites par un service de pédo-psy qui n'aboutissent pas, des
enfants dont les services sociaux maintiennent des droits de viste dans les
familles tout en reconnaissant que celles-ci sont maltraitantes ou
pathogènes...

Je préfère ne pas en dire plus mais la réalité dépasse souvent la fiction...

Alain
Poster une réponse
Anonyme