France liberticide : Vanneste condamné en appel pour s'être exprimé sur l'homos exualité

Le
Dlink
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2007/01/christian_vanne_1.html

Le député UMP Christian Vanneste a été condamné jeudi par la cour
d'appel de Douai à 3000€ d'amende pour des injures publiques à la suite
de ses propos sur la communauté homosexuelle, en janvier 2005, qui
avaient été publiés dans deux journaux. Suivant les réquisitions, la
cour d'appel a confirmé la peine infligée en première instance, le 24
janvier 2006, par le tribunal correctionnel de Lille. Christian Vanneste
devra en outre verser 500€ de dommages et intérêts à chacune des trois
parties civiles, Act-Up Paris, SOS-Homophobie et le Syndicat national
des entreprises gay (SNEG), des associations de défense des droits des
homosexuels. Christian Vanneste avait déclaré :

"Je n'ai pas dit que l'homosexualité était dangereuse, j'ai dit
qu'elle était inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à
l'universel, ce serait dangereux pour l'humanité. Il y a un modèle
social qui est celui du mariage hétérosexuel et de l'éducation des
enfants".

Le député a assuré qu'il n'avait "pas eu l'intention d'injurier qui que
soit".

Michel Janva

Addendum 14h00 : Nous apprenons que M. Vanneste a décidé de se pourvoir
en cassation. Extrait de son communiqué :

"Cette décision de la Cour d’Appel relève de l’exploit puisqu’elle
condamne d’un coup Voltaire et Benoît XVI, pour une fois d’accord.
Monsieur de La Palisse, l’homme de l’évidence, est interpellé :
l’homosexualité permettrait à l’Humanité de perdurer. Christian Vanneste
entend poursuivre son combat politique et judiciaire pour la liberté
d’expression. Plus que jamais, elle doit être libre et sans entrave
sur le plan moral, politique et spirituel. [] Un parlementaire est
investi d’une parcelle de la souveraineté nationale, sa liberté
d’expression est une condition de la démocratie et de l’Etat de droit.
23 députés ont récemment cosigné une proposition de Loi de Christian
Vanneste qui reprend les propos qui viennent d’être incriminés par
l’arrêt critiqué. Une dérive judiciaire ne saurait restreindre le débat
citoyen sur le mariage homosexuel et l’adoption homoparentale. Le Garde
des Sceaux s’était engagé à ce que le malheureux texte voté en décembre
2004 ne conduise pas à cette tragique conséquence. Des millions de
personnes partagent et soutiennent la démarche intellectuelle de
Christian Vanneste : soit le droit n’a pas été dit, soit la loi doit
être modifiée de toute urgence."
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
Dlink
Le #15809001
R.Etienne a écrit :
Le Thu, 25 Jan 2007 08:48:27 -0500, Dlink écrit :


Addendum 14h00 : Nous apprenons que M. Vanneste a décidé de se pourvoir
en cassation. Extrait de son communiqué :

[...] Un parlementaire est
investi d’une parcelle de la souveraineté nationale, sa liberté
d’expression est une condition de la démocratie et de l’Etat de droit.





Il a tort de ne défendre que la liberté d'expression des parlementaires.


De la part d'un député qui reste favorable à la loi gayssot, je ne
vois pas matière à le plaindre !
Tel est pris qui croyait prendre;-)




En effet.

France, terre liberticide ! Que cela se sache !
Poster une réponse
Anonyme