Le Lay: "je voulais dire laver le cerveau avec de l'attention humaine"

Le
president_helmut
"Marchand de cerveaux" :
Le Lay s'explique

NOUVELOBS.COM | 07.09.04 | 15:38

Interrogé sur ses propos sur le travail de TF1 -vendre "du temps de
cerveau humain disponible"- le PDG de la chaîne confirme les avoir
tenus, mais les estime "caricaturaux".

P atrick Le Lay, PDG de TF1, s'explique sur sa formule selon laquelle
le métier de sa chaîne est de vendre à Coca-Cola "du temps de cerveau
humain disponible", estimant que cette formule "était un peu
caricaturale", dans un entretien à Télérama à paraître mercredi 8
septembre.
M. Le Lay revient sur les propos tenus dans un ouvrage intitulé "Les
dirigeants face au changement" (Editions du Huitième jour), où il
était interrogé parmi d'autres patrons.
"Ce n'était pas une interview officielle", affirme M. Le Lay à
Télérama, qui consacre un dossier à ce sujet, avec de nombreuses
réactions. "Le Medef m'avait appelé en me disant: on interroge des
dirigeants d'entreprise sur 'le changement et le mouvement'. Je ne me
souviens plus précisément de cet entretien, mais, comme souvent, j'ai
dû parler deux heures à bâtons rompus et tenir ces propos pendant la
conversation".

"Marchand de cerveaux"

"Je ne reconnais cependant pas le métier de TF1 dans cette formule et
je ne me retrouve pas dans les propos qu'on me prête: on me transforme
en marchand de cerveaux!", a-t-il poursuivi.
A la question de savoir s'il avait bien tenu ces propos, il répond :
"oui, sûrement.

Je reconnais que cette formule était un peu caricaturale et étroite.
Mais, encore une fois, c'était une conversation et j'ai l'habitude de
forcer le trait pour faire comprendre les concepts".
"Le métier de TF1, c'est l'information et le programme (fiction
divertissement, sport, magazines de découverte). Nous sommes une
grande chaîne populaire et familiale dont l'objectif est de plaire à
un maximum d'audience", ajoute-t-il.
"Nous vivons de la publicité, mais ce sont nos clients qui mettent au
point les spots que nous diffusons. En réalité, que vendons-nous
réellement à nos clients ? Du temps d'antenne", précise-t-il.
A la question de savoir s'il vend également une audience, il répond:
"La logique de TF1 est une logique de puissance. Nous vendons à nos
clients une audience de masse, un nombre d'individus susceptibles de
regarder un spot de publicité".

"De l'attention humaine"

"Pour les annonceurs, le temps d'antenne ne représente rien d'autre
que des 'contacts clients'. De l'attention humaine. En particulier
celle de la fameuse ménagère de moins de 50 ans, largement
décisionnaire dans les achats de produits alimentaires, entretien
ménager et de beauté", ajoute-t-il.
Dans l'ouvrage "Les dirigeants face au changement", M. Le Lay avait
déclaré: "Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais
dans une perspective 'business', soyons réaliste: à la base, le métier
de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit".
"Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau
du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de
le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour
le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola,
c'est du temps de cerveau humain disponible", avait-il ajouté.
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
AeroFred
Le #10705391
"President Helmut"
Dans l'ouvrage "Les dirigeants face au changement", M. Le Lay avait
déclaré: "Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais
dans une perspective 'business', soyons réaliste: à la base, le métier
de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit".
"Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau
du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de
le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour
le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola,
c'est du temps de cerveau humain disponible", avait-il ajouté.



je ne comprends pas pourquoi on en fait tout un fromage.
ce qu'il dit est tout à fait juste.
d'ailleurs, il n'a fait que répéter les propos tenus par je ne sais quel
publicitaire dans une émission de capital (il me semble) il y a plusieurs
mois. et personne n'avait rien trouvé à redire. c'était juste passé au
zapping.

Fred
Olivier
Le #10705381
Au sommet de son art, AeroFred a pondu :

je ne comprends pas pourquoi on en fait tout un fromage.
ce qu'il dit est tout à fait juste.
d'ailleurs, il n'a fait que répéter les propos tenus par je ne sais quel
publicitaire dans une émission de capital (il me semble) il y a plusieurs
mois. et personne n'avait rien trouvé à redire. c'était juste passé au
zapping.




C'était un reportage d'Arte.
Le Lay dit une évidence, mais c'est Le Lay - en sa qualité de PDG de la plus
grande chaîne d'Europe - qui le dit (ce qui change tout).

--
http://frtp.fr.st
Sboube
Le #10705371
Démontre bien la haute estime qu'il prête à ses téléspectateurs! Cela dit on
pouvait le supputer avant même qu'il ne le confesse... Il les prend et les
traite pour des cons, et comme il caracole en tête des audiences c'est sans
doute qu'il a fait le bon diagnostic!

"President Helmut" news:
"Marchand de cerveaux" :
Le Lay s'explique

NOUVELOBS.COM | 07.09.04 | 15:38

Interrogé sur ses propos sur le travail de TF1 -vendre "du temps de
cerveau humain disponible"- le PDG de la chaîne confirme les avoir
tenus, mais les estime "caricaturaux".

P atrick Le Lay, PDG de TF1, s'explique sur sa formule selon laquelle
le métier de sa chaîne est de vendre à Coca-Cola "du temps de cerveau
humain disponible", estimant que cette formule "était un peu
caricaturale", dans un entretien à Télérama à paraître mercredi 8
septembre.
M. Le Lay revient sur les propos tenus dans un ouvrage intitulé "Les
dirigeants face au changement" (Editions du Huitième jour), où il
était interrogé parmi d'autres patrons.
"Ce n'était pas une interview officielle", affirme M. Le Lay à
Télérama, qui consacre un dossier à ce sujet, avec de nombreuses
réactions. "Le Medef m'avait appelé en me disant: on interroge des
dirigeants d'entreprise sur 'le changement et le mouvement'. Je ne me
souviens plus précisément de cet entretien, mais, comme souvent, j'ai
dû parler deux heures à bâtons rompus et tenir ces propos pendant la
conversation".

"Marchand de cerveaux"

"Je ne reconnais cependant pas le métier de TF1 dans cette formule et
je ne me retrouve pas dans les propos qu'on me prête: on me transforme
en marchand de cerveaux!", a-t-il poursuivi.
A la question de savoir s'il avait bien tenu ces propos, il répond :
"oui, sûrement.

Je reconnais que cette formule était un peu caricaturale et étroite.
Mais, encore une fois, c'était une conversation et j'ai l'habitude de
forcer le trait pour faire comprendre les concepts".
"Le métier de TF1, c'est l'information et le programme (fiction
divertissement, sport, magazines de découverte). Nous sommes une
grande chaîne populaire et familiale dont l'objectif est de plaire à
un maximum d'audience", ajoute-t-il.
"Nous vivons de la publicité, mais ce sont nos clients qui mettent au
point les spots que nous diffusons. En réalité, que vendons-nous
réellement à nos clients ? Du temps d'antenne", précise-t-il.
A la question de savoir s'il vend également une audience, il répond:
"La logique de TF1 est une logique de puissance. Nous vendons à nos
clients une audience de masse, un nombre d'individus susceptibles de
regarder un spot de publicité".

"De l'attention humaine"

"Pour les annonceurs, le temps d'antenne ne représente rien d'autre
que des 'contacts clients'. De l'attention humaine. En particulier
celle de la fameuse ménagère de moins de 50 ans, largement
décisionnaire dans les achats de produits alimentaires, entretien
ménager et de beauté", ajoute-t-il.
Dans l'ouvrage "Les dirigeants face au changement", M. Le Lay avait
déclaré: "Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais
dans une perspective 'business', soyons réaliste: à la base, le métier
de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit".
"Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau
du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de
le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour
le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola,
c'est du temps de cerveau humain disponible", avait-il ajouté.


Sboube
Le #10705361
Le pire c'est que tu as raison!
"AeroFred" news:chkmht$arg$


je ne comprends pas pourquoi on en fait tout un fromage.
ce qu'il dit est tout à fait juste.
d'ailleurs, il n'a fait que répéter les propos tenus par je ne sais quel
publicitaire dans une émission de capital (il me semble) il y a plusieurs
mois. et personne n'avait rien trouvé à redire. c'était juste passé au
zapping.

Fred




Poster une réponse
Anonyme