SLS : après trois annulations, le super lanceur de la NASA retourne au garage

Le par Mathieu M.  |  5 commentaire(s)
SLS

Après trois chances manquées de justesse, il est l'heure pour le SLS de retourner au garage pour un check up complet avant de retenter sa chance.

La NASA n'a visiblement pas jugé son SLS (Space Launch System) paré et annulé à trois reprises le compte à rebours qui devait permettre de réaliser le premier test de compte à rebours en conditions réelles.

Conçu comme LE lanceur qui permettra aux hommes de retourner sur la Lune, puis sur Mars et vers l'espace lointain, le monstre de la NASA nécessitera ainsi encore un peu de travail avant de réaliser son baptême de l'air.

sls-etage-principal

La fusée de 98 mètres de haut a rencontré plusieurs soucis techniques mineurs, mais qui, au cumul ont entrainé l'annulation du compte à rebours avant même la limite de la simulation.

Le SLS devait réaliser un test WDR (Wet Dress Rehearsal), un compte à rebours en conditions réelles, comme si la fusée allait réellement décoller, avec toutes les phases d'alimentation, de mise en condition et checkups... Ce test doit s'arrêter naturellement à 9 secondes avant le décollage effectif. Or, sur les 3 tentatives, la fusée n'est pas parvenue jusqu'à ces 9 secondes validant le test.

La fusée a ainsi connu plusieurs problèmes de fuites et de messages d'erreurs. Des conduites d'hélium sur le site de lancement ont été repérées, tout comme des fuites d'hydrogène des caissons d'alimentation, une vanne défectueuse a été repérée sur le deuxième étage... Une foule d'avaries qui heureusement sont détectées au fil de ces simulations plutôt que lors d'un lancement réel avec une capsule habitée.

Face à ces trois échecs, le lanceur a donc été repositionné sous son VAB (bâtiment d'assemblage) le temps de réaliser les ajustements et réglages nécessaires. Malheureusement, la procédure prend du temps : il faut plus de 24h pour déplacer la fusée dans son bâtiment.

Le calendrier de la NASA s'en retrouve lourdement modifié : il faudra reprendre les tests WDR le plus rapidement possible. Notons que lors de l'essai le plus long, la fusée n'a été remplie qu'à 49% d'oxygène et 5% d'hydrogène, il restait de nombreuses étapes avant de valider le test.

Le lancement réel prévu en juin pourrait ainsi être compromis et les échecs pourraient entrainer une défiance du Sénat américain avec la perte de financements critiques pour l'ensemble de la mission Artémis qui vise à renvoyer des femmes et hommes sur la Lune d'ici cette fin d'année.

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
lebonga away Absent VIP avatar 33326 points
Le #2161649
Mouhai, on n'est pas encore sur la Lune...
Ulysse2K offline Hors ligne VIP icone 50033 points
Le #2161656
lebonga a écrit :

Mouhai, on n'est pas encore sur la Lune...


Et pourtant, j'y étais toute mon enfance (dixit mon paternel)
lebonga away Absent VIP avatar 33326 points
Le #2161660
Ulysse2K a écrit :

lebonga a écrit :

Mouhai, on n'est pas encore sur la Lune...


Et pourtant, j'y étais toute mon enfance (dixit mon paternel)


T'étais pas plutôt dedans ???
jacob13 away Absent VIP icone 7011 points
Le #2161673
Pour des fusées qui volent, ils peuvent demander à Poutine.-->[] loin.
skynet offline Hors ligne VIP icone 88694 points
Le #2161706
jacob13 a écrit :

Pour des fusées qui volent, ils peuvent demander à Poutine.-->[] loin.


Ou mieux, à Ariane Espace
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire