Une station spatiale servant d’avant-poste orbital à la défense en cours d’étude pour le Pentagone

Le par Carolina T.  |  1 commentaire(s)
Station spatiale

Le département de la défense américaine cherche à développer un projet expérimental d'avant-poste orbital à faible coût.

Trois entreprises ont en effet reçu des contrats d'étude surprenants du ministère de la Défense concernant des concepts de petites stations spatiales non équipées en orbite terrestre basse. C’est l’entreprise Sierra Nevada Corporation (SNC) qui a annoncé le 14 juillet avoir remporté un contrat de la Defense Innovation Unit (DIU) pour «Unmanned Orbital Outpost», que la société a décrit dans son communiqué comme “une station spatiale évolutive et autonome pour des expériences et démonstrations logistiques”.

SNC a déclaré que, cette station utiliserait le module de cargaison «Shooting Star» développé pour son vaisseau spatial Dream Chaser. Ce dernier est en développement depuis 2016 et est censé pouvoir transporter plus de 4500 kg de marchandises. L’agence déclare que «Le Shooting Star actuel est déjà conçu avec des capacités importantes pour un avant-poste orbital et en ajoutant seulement quelques composants, nous sommes en mesure de répondre aux besoins du ministère de la Défense», Steve Lindsey, vice-président senior de la stratégie pour le secteur d'activité Space Systems de SNC déclare. «Nous sommes fiers d'offrir notre véhicule de transport en tant que moyen de vol libre pour l'expérimentation et les tests, allant au-delà de ses capacités actuelles de service de charge utile pour les missions de fret Dream Chaser.»

 Terre

Les dirigeants de la société ont déclaré qu'ils cherchaient à étendre l'utilisation de Shooting Star, loin de ces missions de transport de cargaison Dream Chaser, elle recherche notamment des missions autonomes en orbite terrestre basse, mais aussi une opportunité d’assurer le transport de marchandises vers la passerelle lunaire de la NASA. Fondamentalement, il s'agit d'un grand satellite à faible coût qui a à la fois des capacités pressurisées et non pressurisées pour plusieurs clients. La priorité du faible coût s’explique certainement par le fait que les États-Unis décident de faire cette avancée en solitaire, loin du projet commun de la station spatiale internationale.

L'annonce de SNC, cependant, n'incluait pas une valeur monétaire. L’entreprise a déclaré que le prix couvrait un examen des exigences du système qui comprend la conception, le développement et le test de l'avant-poste basé sur les technologies des engins spatiaux Shooting Star et Dream Chaser. La société a refusé de divulguer les détails financiers de l'attribution. Cependant, nous savons que DIU a accordé 439 100 $ à la SNC pour la «Phase 1: Projet de prototype de l'avant-poste orbital» au mois de février. La même base de données montre également que DIU a attribué un deuxième prix à Nanoracks pour la somme de 389 900 $ fin de 2019 toujours sur le même projet.  Et une troisième société, Arkisys, a reçu 366 000 dollars de DIU pour le projet Orbital Outpost en mars. La société, basée dans le sud de la Californie, déclare sur son site Web qu'elle construira «des plates-formes et des navires qui pourront être réamarrés et réutilisés encore et encore» pour permettre des applications spatiales à faible coût.

Lorsque DIU a lancé un appel à propositions en juillet 2019 pour le projet Orbital Outpost, il a déclaré qu'il recherchait des concepts pour un vaisseau spatial «autonome et volant librement» «capable de supporter l'assemblage spatial, l'expérimentation en microgravité, la logistique et le stockage, la fabrication, la formation , test et évaluation, hébergement de charges utiles et autres fonctions. » qui confirme l’idée du projet d’un avant-poste orbital à faible coût .

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
BombingBasta offline Hors ligne Vénéré icone 2831 points
Le #2104576
"Ne pas faire de l'espace une zone armée" ...
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire