Test Beaterator

Le par Franck P.  |  5 commentaire(s)
beaterator presentation

A l'heure où les jeux proposant de s'essayer à la composition musicale bat son plein, il fallait bien que le virus touche aussi notre petite PSP qui a pour particularité la mobilité même si l'on ne peut pas lui accoler une grosse guitare ou une table de mixage ou une platine disque quelconque. Face à une telle concurrence, on pouvait légitimement se demander ce qui pouvait lui rester ?

Introduction

Un vent de musicalité plane au dessus du monde du jeu vidéo depuis quelques temps. On en veut pour preuve les multiples sorties de jeux tels que Guitar Hero ou Dj Hero ouvrant les horizons de la performance musicale à une frange de personnes qui n'ont jamais fait ni de solfège ni de gammes. Ainsi, tout un chacun peu se prendre pour son idole et c'est sûrement une des raisons du succès commercial ainsi que le fait de s'amuser en écoutant de la bonne zique.

 

Beaterator     Beaterator (1)

Alors quand on s'est aperçu que Rock Star Games, le fameux groupe d'allumés qui ont osé nous pondre les GTA, s'emparait de la chose, on s'est dit que l'arrivée d'un tel type de jeu sur notre petite console portable de chez Sony allait nous défriser quelque peu. Mais ce que l’on n’avait pas vraiment appréhendé, c'est qu'au delà d'un karaoké-like c'est avant tout un logiciel de composition de morceaux pour le grand public. Impossible à marier pensiez-vous ?



Premiers pas sur la piste

C'est donc le premier constat que l'on fait en découvrant Beaterator, celui d'un jeu qui n'en est pas vraiment un, même s'il sait rester ludique. En effet, on s'aperçoit très vite que le titre de Rock Star Games est autant un soft de détente qu'un outil de création musicale. En cela, il se départit des références notoires qu'on imaginait pouvoir lui opposer. Vous voici donc aux commandes d'un mini studio portable et pourtant drôlement doué.

 

Beaterator (2)     Beaterator (3)

Mais reprenons par le début. Et ce début s'avère être un premier contact par une interface vouée au mix. Grâce au peu de boutons dont on dispose pourtant, en jouant sur deux écrans juxtaposés, à vous le mix entre huit pistes prédéterminées. Chaque piste se découpe en quatre boucles distinctes. Pour prendre un exemple, vous pouvez affecter une piste avec une guitare, une autre avec des drums et ainsi de suite. Et au sein de la piste "guitare" vous devez opérer un choix parmi quatre guitares différentes.

 

Beaterator (4)     Beaterator (5)

Chaque boucle possède sa propre rythmique et les possibilités de mix sont ainsi démultipliées. Mathématiquement, on peut les estimer à 4 exposant 8 ce qui signifie …beaucoup de possibilités. Toutefois, cette session de mix, que vous pouvez enregistrer à loisir, est loin de constituer le cœur du jeu. C'est même un apéritif face à la montagne de choix que vous allez devoir opérer par la suite...



Au début ça roule

On en arrive alors au gros du soft qui consiste avant tout à de la création musicale assistée par console. Cette nouvelle matière qui ne porte pas encore l'acronyme de "CMAC" sied pourtant parfaitement à la situation. En fait, c'est à cet endroit-ci que vous décidez des boucles que vous souhaitez mixer. A vous de choisir parmi les 3000 boucles pré-chargées dans le logiciel. Timbaland est ainsi mis à contribution pour en fournir quelques unes.

 

Beaterator (6)     Beaterator (7)

Les boucles sont classées par nombre de mesures ou encore, par exemple, par instrument ce qui vous permet de trouver votre bonheur plus facilement. Toutefois, c'est un des plus gros défauts de ce titre, il faut vous armer de patience car le nombre de chargements à subir est alors bien trop important. Mais si vous êtes du genre têtu, vous vous ouvrez à un monde assez profond. Cette profondeur devient enfin diabolique dès que l'on aborde le menu des boucles.

 

Beaterator (8)     Beaterator (9)

Vous pouvez alors composer vous même vos boucles en utilisant la fonction "synthé" du soft ou bien encore votre propre voix pour peu que vous disposiez du matériel adéquat. Créer des boucles de 1, 2 4 ou 8 mesures devient alors un jeu... d'adulte. Et oui, si la possibilité de créer est réelle, il faut toutefois commencer à avoir quelques petites connaissances pour en exploiter tout le potentiel. C'est le second écueil que Beaterator n'a pu éviter à savoir une certaine difficulté dès qu'on a passé les premières heures.



Ensuite on croule

Ensuite, il vous faut de nombreuses heures de jeu pour parvenir à maîtriser les subtilités de ce titre qui se montre alors sous un jour un peu moins flatteur pour le quidam. Le musicien n'aura absolument aucune difficulté à se faufiler dans ce monde de notes, de rythmiques, de sons qu'il faudra alors accorder les uns aux autres, caler les uns par rapport aux autres pour faire naître une musique plutôt qu'un brouhaha sans nom.

beaterator (10)     beaterator (11)

Au diable donc les velléités de création sans passer par la case tâtonnements. Mais il est clair que le jeu en vaut la chandelle. Car une fois votre propre son imaginé et mis en boucle, le plaisir de pouvoir l'utiliser pour réaliser "vos" morceaux sublime les longues heures durant lesquelles vous suez sang et eau sans savoir si vous allez arriver à quelque chose d'audible. En outre, ce n'est pas l'interface un poil austère qui vous donne la joie de vous revigorer de temps en temps.

 

beaterator (12)     beaterator (13)

Rock Star restant toujours Rock Star, les petits gars du développement ont forcément pensé à la communauté de joueurs. Ils permettent donc au possesseur de Beaterator de pouvoir exporter leur création par USB en .mid ou en .wav. Et puis surtout, le fin du fin, en ouvrant un profil en ligne à vous la mise au jour de votre maestria musicale et votre sens inné de la sonorité qui déchire. Qui sait si cet aperçu de votre talent ne vous donnera pas le goût d'approfondir dans cette filière... ?



Conclusion

Parti en imaginant retrouve un guitar hero-like c'est plus un Music-like qu'on avait déjà pu expérimenter sur Playstation 1 il y a de cela fort longtemps. Moins fourni en contenu mais beaucoup plus accessible que ses prédécesseurs, il a le mérite de porter, sur une console qu'on croyait inaccessible à ces types de titre, un genre qui lui était étranger. On découvre alors un logiciel à la profondeur assez insondable même pour les plus assidus.

 

Beaterator (14)     Beaterator

Il vous faut alors plusieurs dizaines d'heures pour parvenir à faire des boucles persos cohérentes et mélodieuses mais c'est alors que naît le vrai plaisir. Celui d'entendre son propre son, bien plus fort que le plaisir éprouvé en mixant simplement les sons d'un autre. Mais pour cela il faut vous armer de patience, mère de toutes les vertus. De patience et d'envie pour aller au delà des nombreux chargements.



+ Les plus
  • On peut réellement créer
  • Premiers contacts faciles
  • Durée de vie
  • Partage de ses créations
  • Timbaland style
- Les moins
  • Interface tristounette
  • Complexité dès qu'on touche à la création
  • Chargements trop nombreux

Notes

  • Graphisme On ne prend pas vraiment de plaisir à arpenter l'interface graphique de ce jeu. Trop sobre, parfois même austère, ceci se fait au détriment d'une clarté qui est par contre toujours de mise. C'est juste un poil ennuyeux pour qu'on lui mette plus.
    5/10
  • Bande son La bande son d'un tel jeu est difficilement notable. Ce qui est clair c'est que le nombre de samples et de boucles suffit déjà parfaitement à vous amuser. Ensuite, il n'y a pratiquement que votre imagination et votre doigté perso pour faire de la bande son de ce titre un hit en puissance.
    7/10
  • Jouabilité C'est peu de dire que la jouabilité de ce soft est bluffante. Sous ses airs austères décriés plus hauts, au moins dispose-t-on d'une interface qui autorise les copier-coller d'une simple pression de bouton. De même on navigue entre les parties ou les boucles avec autant d'aisance. Toutefois se lamente-t-on fréquemment des temps de chargements bien trop longs et qui coupent le rythme.
    8/10
  • Durée de vie Insondable tout simplement. Il faut juste que vous en ayez l'envie... et le temps !
    9/10
  • Note générale Le charme de Beaterator est indéniable et c'est un peu de cette notion que l'on retrouve dans une notation peut être un poil surévaluée. Mais que voulez vous, quand on aime il faut le dire. Et après tout ce que l'on a galéré pour créer quelques petites boucles ridicules mais sorties de notre petite tête, on se prend forcément à rêver d'heures plus glorieuses lors d'un set à Ibiza où vous offrirez au monde VOTRE musique...
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
FatMat offline Hors ligne VIP icone 5033 points
Le #551771
Merci pour le test!
Il me tente bien ce "jeu", mais après avoir lu tout le test, il n'est pas fait mention de la possibilité d'importer nos propres sons, en WAV ou MP3. Par exemple des pistes voix qu'on peut avoir sur un ordinateur, et les utiliser dans le sampler de Beaterator.

Edit: J'ai oublié de préciser que j'ai une PSP Fat, donc elle ne dispose pas de micro, c'est pour ça que je pose cette question.
bagouse offline Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #552061
Hello FatMat
en fait tu peux importer des fichiers au format MIDI ou bien des fichiers WAV mais la il est nécéssaire de les traiter auparavant (dixit la notice "When importing WAV files, they need to be uncompressed, mono or stereo, 16-bit at either 22.05 or 44.1kHz".)
Et à l'export tu peux toujours les sortir en MIDI ou en WAV.
Si tu veux un aperçu encore plus exhaustif des options, va voir du coté du manuel dispo en ligne sur le site de Rockstar à l'adresse suivante:
http://www.rockstargames.com/beaterator/psp/fullmanual.pdf
J'espère avoir répondu à tes questions.
Bonne soirée à toi
FatMat offline Hors ligne VIP icone 5033 points
Le #552571
Ok merci beaucoup Bagouse

En fait il suffit d'avoir du WAV 16bit 44.1Hz, ce qui est facile à obtenir en sortie d'un programme audio. Je vais peut-etre bien me laisser tenter par ce Beaterator alors
bagouse offline Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #552601
Et je pense que tu t'amusera beaucoup avec.
De mon coté, hormis les quelques difficultés du début à appréhender toutes les possibilités, je me suis vraiment amusé meme si je suis loin d'etre une bestiasse au niveau resultat.
Au moins cela m'a t il permit d'en faire le test et de vous faire partager mes impressions.
Bonne soirée et à bientot sur GNT bien sur ;-)
FatMat offline Hors ligne VIP icone 5033 points
Le #552681
Encore merci en tous cas
Il m'arrive de faire de la création musicale (un peu basique je dois l'avouer) car je fais du montage vidéo et pour faire des vidéos institutionnelles de temps en temps, ça suffit largement bien souvent. Et là je vois tout de suite le truc bien pratique de pouvoir faire des musiques, pour des montages vidéo à venir, pendant mes déplacements, ça évitera le temps perdu. Bien pratique des fois cette petite PSP quand même. Dommage que Sony ne l'exploite pas plus que ça car les possibilités sont là, mais Sony a trop souvent tendance à "brider" les possibilités de ses propres produits pour des raisons commerciales ou autres. Quand je vais sur PSPGen (accessible depuis GNT d'ailleurs) et que je vois tous les homebrews disponibles et toutes les choses qu'il est possible de faire avec la PSP, je trouve dommage que Sony ne se bouge pas un peu plus pour sortir des logiciels officiels et bien optimisés pour leur console.

Avec ce Beaterator, RockStar comble déjà le trou de la création musicale sur PSP. Il y avait déjà un "jeu" similaire TraxxPad, dont j'avais lu des tests, mais ça n'avait pas l'air très pratique du tout.

Bonne soirée
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire