Test Elder Scrolls V Skyrim

Le par Nathalie M.  |  4 commentaire(s)
Test Skyrim

La franchise Elder Scrolls compte désormais un cinquième volet. Des années après Oblivion, devenu à l'époque une référence du genre, Skyrim prend désormais le relais et doit porter le lourd héritage d'une franchise soignée par un développeur passionné. Longtemps présenté au cours de sa campagne marketing, Skyrim est désormais accessible à tous les joueurs. Le titre de Bethesda est vicieux : une fois la porte franchie, le bouton start pressé, vérifiez bien que vous avez la possibilité de rester en contact avec l'extérieur. Car ce ne sera pas toujours évident de lâcher la manette.

Premiers pas

C'est en mars 2006 que Bethesda nous avait servi Oblivion, sans doute l'épisode de la franchise qui a le plus suscité de discussion dans la communauté des joueurs. Les développeurs ont pris leur temps afin de proposer aux joueurs un titre qui réponde à ne nombreuses attentes : satisfaire les habitués, apporter ce qu'il faut de changement pour alimenter l'intérêt de la franchise sans pour autant dénaturer un style, permettre à des nouveaux venus de se lancer sans anicroches dans une série déjà bien installée, etc... Cinq ans, ce n'est donc finalement pas grand chose, d'autant que la richesse de ce Skyrim n'aurait pas eu besoin de moins pour atteindre son niveau actuel. The Elder Scrolls 5 Skyrim est désormais disponible et vous invite cette fois à parcourir les contrées nordique de Bordeciel.

Skyrim (11) Skyrim (13)

Abordons d'emblée le point qui fâche, l'aspect graphique du jeu, puisqu'il vous sautera le premier aux yeux. Les contrées Nordiques sont par définition des terres froides, souvent grises. Au-delà d'une ambiance bien souvent sombre et triste, Skyrim doit également faire face à quelques soucis d'affichage, des textures malvenues et quelques effets de clipping surprenant. On sent que le moteur graphique est en peine mais Bethesda arrive à camoufler des défauts avec quelques embellissements, comme le ferait un anti-cernes après une courte nuit. Subterfuges assumés, les joueurs passeront sans doute outre.
Heureusement pour Skyrim, son principal intérêt ne réside pas dans ces graphismes. Si le titre s'en sort bien et nous offre quelques environnements divers et variés ayant tous traits de la région de Bordeciel, il se peut que ce point là soit l'un des prochains à revoir pour un éventuel Elder Scrolls VI. Pour le moment, on arrivera donc à faire comme si cela n'avait pas encore trop d'importance, se concentrant sur ce qui mérite de l'être. En revanche, on s'agacera plus franchement sur les temps de chargement, qui plombent réellement le rythme de l'aventure.



La nouvelle gestion de personnage

Le premier grand changement opéré dans ce Skyrim réside dans la création de votre personnage. Vous retrouverez toutes les races avec leurs caractéristiques propres et leurs aptitudes ou résistances naturelles.  Si vous aurez encore la liberté de définir l'inclinaison des sourcils, la courbe de votre menton ou encore la couleur des yeux, la personnalisation s'arrête désormais au nom de votre héros. Que manque-t-il à l'appel ? La classe. Cela surprend et interpelle. Les habitués seront décontenancés sans doute à l'idée de ne pas avoir à choir d'entrée de jeu, dans quel tiroir ranger leur personnage. Skyrim ne propose désormais plus de destin pré-établi à votre personnage. C'est à vous que revient la tâche d'orienter votre personnage vers le genre que vous souhaitez, les pouvoirs que vous souhaitez lui donner. Vous voulez un barbare nordique subtil et raffiné, prompte à la discrétion et pourquoi pas, adepte de la magie ? Pourquoi pas. Les habitués prendront vite conscience des limites de cette liberté offerte, mais cette dernière reste tout de même appréciable. Pour la première fois, il vous est possible de vivre et gérer votre personnage sans le couvert de pré-requis. Les habitudes restent cependant vivaces, le barbare maniera encore et toujours l'arme à deux mains avec facilité. Mais pourquoi ne pas faire preuve d'un peu de fantaisie dans vos parties ?

Skyrim (9) Skyrim (10)

Vous avez désormais droit à une série de constellation qui vous permettront de donner à votre personnage, les aptitudes que vous souhaitez lui apporter. Toutes les compétences sont accessibles en échange d'un point de niveau. Certaines compétences connaissent une évolution immuable relatives à vos actes. Ainsi, votre barbare se battant uniquement avec une arme à deux mains vous verrez la compétence "Armes à deux mains" augmenter d'elle-même. Ce système, très libre, d'évolution de personnage ne joue pas en défaveur de la complexité de Skyrim, bien au contraire. Certains joueurs n'aimeront pas être autant livrés à eux-mêmes, sans filet de secours en cas de chute. La peur des mauvais choix, de subir un personnage mal pensé risque d'en démotiver plus d'un. Ceux-là resteront donc dans des schémas vus et revus dans d'autres jeux de rôles. D'autres en revanche s'amuseront sans doute plus à prendre des risques tout en gardant un soucis de cohérence. L'évolution de votre personnage reste un des points clés de Skyrim, un point dont vous devrez particulièrement prendre soin pour vous montrer efficace.

Skyrim (12) Skyrim (8)

D'autres aspects du jeu donnent la fâcheuse impression de vous faciliter la vie. Votre vie, et vos jauges de mana ou de vigueur se régénèrent automatiquement hors des combats. Vous n'avez plus besoin de dormir pour gagner en niveau et pourrez apprécier les contrées de nuit pour des combats sous le lit des étoiles. Le titre vous prendra tout de même un peu par la main en vous proposant, à chaque montée de niveau, de booster soit vos points de vie, votre vigueur ou votre mana.

Skyrim (3) Skyrim (1)

Le système de combat jouera également en votre faveur. Puisqu'il vous est désormais possible de jongler avec différentes aptitudes, votre personnage pourra jouer de la magie d'une main et d'une arme de l'autre. Exception faite il va de soi aux armes qui imposent les deux mains, mais vous l'aurez compris. La magie plus l'arme est un duo très percutant qui vous donnera une impression de toute puissance. Vous vous sentirez fort, quasi invincible pour peu que vous collectionnez les potions et autres nourritures pour vous rebooster en plein combat. Ces derniers sont légions et vous auriez tord de ne pas remplir l'inventaire.
Vous aurez peut-être le réflexe de chercher à réparer vos armes et votre équipement. Pas besoin, dans Skyrim, rien ne s'abîme. Encore un point qui devrait faire grincer les dents des puristes...



Savoir jongler avec sa carrière et sa vie de famille

L'astrologie n'est plus. Pour ceux qui y tenaient, Bethesda a remplacé l'ancien système par des pierres dressées dans le paysage qui vous permettront de recevoir des buffs particuliers. Autre nouveauté, les cris. Ces derniers sont important dans le jeu et leur maîtrise fera de vous un combattant plus efficace. Des mots de puissance devront être trouvés, soit dans des donjons, soit auprès des PNJ. Mais l'objet utile pour pouvoir accéder à ces fameux cris seront les âmes de dragons à trouver sur des... dragons. A vous de dépecer leur cadavre et de trouver le précieux item. Vous comprendrez à quel point ces cris ont de leur importance quand on connaît la lutte à réaliser face à ennemi de cet ampleur. Ces cris viendront peut-être soulager la peine des apprentis magiciens qui voient dans ce Skyrim la fin de la création de sort. Bethesda semble avoir enlevé certains aspects du jeu pour les remplacer par d'autres. C'est donc dans ces cas là qu'il faudra se faire à l'évolution, qui devrait à la longue et à l'usage séduire tout de même les habitués.

Skyrim (14) Skyrim (15)

Point de disparition du côté de l'artisanat qui au contraire semble s'étoffer. Le titre permettra aux joueurs de passer du temps dans la création de divers objets, telles que des potions, des pièces d'armures et des armes et même de la cuisine (et oui, il vous faut séduire pour assurer pour votre lignée et la maîtrise de quelques recettes pourraient vous faire gagner en points de séduction).

Skyrim (7) Skyrim (5)

Skyrim vous proposera ses quêtes principales et des quêtes annexes, regroupées dans le menu par un onglet "divers". Si vous êtes joueur et amateur de jeu de rôle, vous n'êtes donc pas là uniquement pour mener tambour battant l'intrigue principale. Les habitants vous donneront quelques objectifs, que vous prendrez soin de réaliser ou non. Des factions peuvent également être rejointes et, là encore, vous devrez prendre le temps de faire connaissance avec elles pour savoir qu'elles sont leur motivation. La Légion Impériale, les Rebelles de Sombrages, les Compagnons, les Voleurs, la Confrérie noire, la guilde des mages, vous attendent et ont à vous proposer leur propre histoire et donc leur propres quêtes. A vous de choisir encore une fois vos relations et de mener à bien votre barque.

Skyrim (6) Skyrim (4)

A ceci vient s'ajouter un pan social non négligeable. Le titre vous incitera à fonder une famille, vous devrez donc passer par tout le tralala de la séduction, de la mise en ménage, de l'achat de la maison, de la naissance de vos enfants... A vous de suivre un schéma traditionnel ou,pourquoi pas, de vous lancer dans une union plus particulière. Cet aspect du jeu n'est sans doute pas celui qui motive le plus les troupes, mais sa présence offre au titre une crédibilité plus poussée. La vie n'est pas qu'une succession de combats, et sans doute trouverez-vous quelques avantages à vous poser quelques temps dans votre foyer et à côtoyer votre progéniture.



Exploration et combats

L'exploration dans les contrées de Skyrim donneront lieu à de nombreuses découvertes. Les villes tout d'abord, au nombre de neuf. Les atteindre chacune vous donnera l'occasion de visiter ces terres, parfois hostiles, parfois tranquilles et apaisantes. Le paysage de Skyrim se révèle particulièrement escarpé et il ne sera pas rare que vous vous deviez contourner une montage pour atteindre votre objectif. Rivières, arbres, rochers, les obstacles sont nombreux, et imposeront quelques détours. Heureusement qu'il vous est toujours possible de vous déplacer à cheval... Notez que vous pourrez aussi user du système de téléportation ou d'utiliser les charrettes en payant votre voyage pour rallier un point A à un point B. Visiter les régions sera encore le meilleur moyen d'aller à la rencontre des différentes factions du jeu. D'ailleurs, un des mauvais points du jeu est de ne pas intégré un système de réputation. Si vous êtes amis par exemple avec les voleurs et que vous faites quelques pas à leurs côtés, cela ne gênera pas la Légion Impérial de vous compter aussi parmi ses rangs. La place d'électron libre de la société n'est pas des plus crédibles.

Skyrim (20) Skyrim (2)

Les joueurs l'ont huée lors de son arrivée sur Oblivion, elle est de retour dans Skyrim. La fameuse boussole qui vous mène droit à votre objectif est de nouveau de la partie. Sincèrement, on salue sa présence, très certainement pour la facilité qu'elle apporte en nous guidant au milieu de cette vaste étendue. Les puristes auraient sans doute préféré qu'elle se présente sous forme d'option, mais elle est là, toujours. Aucune gêne de notre côté quant à sa présence, le sens de l'orientation n'étant pas notre fort, surtout en pleine nuit et perturbé par un récent combat.

Skyrim Skyrim (21)

Les combats d'ailleurs vous donneront de plus en plus de fil à retordre au cours de votre avancée. Vos ennemis ne seront pas en reste face à votre évolution et se montreront de plus en plus pugnaces à contrecarrer votre avancée. Humains, créatures ou encore animaux, tous n'auront pas la même influence sur le cours de ces affrontements. Les dragons resteront les plus véloces, les plus impressionnants, les plus beaux aussi. Mais rassurez-vous, un compagnon pourra vous apporter son aide précieuse tant il se montre lui aussi expert en combat. De quoi faciliter encore plus la tâche, soupireront certains.



Conclusion

SkyrimThe Elder Scrolls V Skyrim évolue et tente de ne pas le faire au détriment des habitués. Aussi, les disparitions se remplacent par des nouveautés, toutes plus ou moins judicieuses, mais déjà bien intégrées dans le système de jeu. Aussi, s'il sera d'abord question d'adaptation, les joueurs ne manqueront pas de retrouver leurs marques et de se plonger à nouveau dans une ambiance admirable.

Car si certains choix de Bethesda sont discutables, comme la volonté affichée de se rendre accessible aux nouveaux venus en tenant quelque peu le joueur par la main, il n'en reste pas moins que Skyrim se distingue par son ambiance, une sorte d'aura qui fait oublier les défauts et vous emporte dans un vrai roleplay pour peu que vous vous laissiez prendre au jeu. Skyrim a encore beaucoup à vous faire découvrir, de son histoire, son background, le destin de votre personnage, les dragons... On concédera aussi quelques défauts, face à l'étendue des possibilités offertes. Ce Skyrim est digne de la franchise dont il fait désormais partie et les joueurs devraient sans trop de mal finalement, et trouver leur compte.



+ Les plus
  • Une ambiance hors du commun
  • La liberté de mouvement
  • La création de personnage
  • L'intrigue de Skyrim
  • Le contenu important
- Les moins
  • Un inventaire toujours aussi lourd
  • Quelques soucis d'ordres graphiques
  • Un peu trop tourné vers la facilité parfois

Notes

  • Graphisme On sent le moteur graphique un peu vieillissant, dont Bethesda arrive à masquer les défauts par quelques petits subterfuges. Skyrim offre cependant son style et les différents environnements des terres du Nord retranscrivent assez bien l'ambiance et le caractère propres à ces lieux. Les habitués salueront la modélisation des personnages enfin décente.
    7/10
  • Bande son La bande son est toujours un point fort de la franchise. Les musiques vous emportent à merveille dans ces contrées lointaines et contribuent à l'immersion dans l’aventure. Skyrim offre également un doublage en français de qualité et des bruitages bien rendus
    8/10
  • Jouabilité Skyrim a subi quelques changements en terme de prise en main, des changements auxquels devront s'habituer les familiers de la franchise. L'adaptation ne sera sans doute pas évidente, mais ces changements apportent une autre approche, plus libre, plus adaptée au vrai "roleplay" que celle offerte dans les épisodes précédents.
    8/10
  • Durée de vie Skyrim n'est pas jeu à se terminer rapidement, même s'il est possible de ne rester sur le titre qu'une trentaine d'heure. Mais on ne se contente pas ici de l'aventure principale, et tout le contenu annexe a suffisamment de quoi vous proposer pour vous tenir lui aussi en haleine. A vous donc, joueur, de prendre le temps ou non et d'avancer à votre rythme dans ces contrées du Nord.
    8/10
  • Scénario Il vous revient de créer votre propre destinée dans un monde où les évènement s'enchaîneront. Bethesda sait encore séduire sur ce point en proposant aux joueurs des situations riches, des background toujours construits... Se lancer dans Skyrim, c'est prendre connaissance de tous les aléas du monde dans lequel vous évoluez.
    8/10
  • Note générale Bethesda a pris le risque d'apporter quelques modifications à un système de jeu. Un mal pour un bien, car si les habitués du genre auront besoin d'un temps d'adaptation afin de retrouver leurs marques, Skyrim gagne encore en richesse, en liberté et en profondeur. Les nouveaux venus ne seront pas perdus, les habitués retrouveront l'ambiance chère à la franchise et des mécanismes de jeu déjà bien huilés. Skyrim vous attend pour une aventure presque sans fin tant Bordeciel se montre vertigineux. The Elder Scrolls est bien le jeu que les joueurs attendaient
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #860881
C'est quoi cette mode de se marier dans les gros RPGs (cf aussi Fable)? C'est pour cibler à fond les nolifers?
CodeKiller offline Hors ligne VIP avatar 8423 points
Le #861101
LOL !
Perso j'aime bien ça dans Fable III, être polygame (et avoir des gosses)... :-D
Balbuzik offline Hors ligne Héroïque avatar 806 points
Le #862121
Merci pour ce test fort bien rédigé et complet.
J'ai acheté le titre , et à cette lecture cela me donne d'avantage envie de pour suivre l'aventure !
Franciye offline Hors ligne Héroïque avatar 981 points
Le #862891
8/10, vous êtes radins ! C'est le seul jeu - au moins sur console - à offrir une telle liberté de mouvement, une telle richesse, une telle durée de vie (150 heures) - en bref à offrir un tel monde virtuel parallèle, à tel point qu'il est très difficile (voire impossible ?) de le visiter en intégralité. En un mot, c'est l'empereur des jeux, celui qui écrase tous les autres sous sa botte, et qui mérite objectivement la note de 10/10.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire